Accueil / Actualités / Apologie du terrorisme à Nice : audition polémique d’un jeune garçon

Apologie du terrorisme à Nice : audition polémique d’un jeune garçon

Avec cette affaire d’apologie du terrorisme, Nice au cœur d’une polémique après l’audition d’un jeune garçon dans un commissariat de la ville.

Police
Police

A Nice, dans un dossier d’apologie du terrorisme, un enfant de huit ans a été entendu par la police en présence de son père comme le prévoit la loi pour les mineurs. Le jeune garçon aurait tenu des propos de « solidarité » pour les terroristes qui ont abattu froidement les journalistes de Charlie Hebdo. En parallèle, il a aussi refusé d’observer une minute de silence en hommage à la tuerie et n’a pas voulu participer à une ronde dans la cour de l’école. Tout cela s’est déroulé le lendemain du massacre de Charlie Hebdo et ces faits ont été rapportés par le directeur de l’école qui a jugé bon de signaler ce comportement à la police.

A Nice, questionnement sur les propos relatés

A Nice, le commissaire en charge de l’affaire concernant l’apologie du terrorisme et qui a reçu le directeur a signalé qu’il ne s’agissait pas d’une plainte, mais seulement une déclaration de faits. L’enfant de huit ans a été convoqué ainsi que son père pour essayer de comprendre ce comportement, car comment un enfant de huit ans peut tenir de tels propos aussi radicaux a souligné le commissaire Authier. Le jeune garçon a été interrogé durant 30 minutes et il a joué avec des jouets pendant l’audition accompagnée de son père ce dernier étant civilement responsable.

Les termes d’apologie du terrorisme font polémique

L’avocat de l’enfant Me Sefen Guez Guez a déclaré que le responsable de ces faits regrettables avait reconnu ne pas comprendre le sens du mot « terroriste ». Le père et l’enfant ont présenté leurs excuses. Le collectif contre l’islamophobie en France a déclaré  que « le père et l’enfant sont choqués d’un tel traitement qui illustre l’hystérie collective dans laquelle est plongée la France depuis début janvier ». Le parquet de Nice doit se prononcer sur les suites à donner à cette affaire. L’avocat de l’enfant ne compte pas en rester là, il a signalé que le petit garçon diabétique avait avec tout cela été privé d’insuline.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Médecine

L’incontinence urinaire touche plus de 2,6 millions de femmes de plus de 65 ans

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les fuites urinaires. Cette inégalité s’explique …

Réagissez !