Accueil / Actualités / Camargue : des chevaux infectés par le West Nile, pas de transmission à l’Homme

Camargue : des chevaux infectés par le West Nile, pas de transmission à l’Homme

Le virus de West Nile a été détecté dans les Bouches-du-Rhône. Dans la ville d’Arles en Camargue et à Fourques dans le Gard, deux chevaux ont été détectés positif à ce virus également appelé « maladie à virus du nil occidental ». Les chevaux et les hommes peuvent être atteints par cette pathologie qui est transmise par les moustiques.

Un cheval en Camargue
Un cheval en Camargue / Crédit Photo : Pixabay – vasile_pralea

Ce virus qui a été transmis aux chevaux ne pourra pas contaminer l’homme, ce sont simplement les moustiques qui transmettent cette fièvre. Après la découverte des chevaux malades, des mesures ont été prises par les préfets des régions concernées, ceci a été communiqué par une source proche de l’affaire.

Le virus du West Nile qui infecte les chevaux peut causer des encéphalites

Le nom de ce virus vient de l’Ouganda où il a pu être isolé la première fois en 1937, cette fièvre infecte principalement les oiseaux qui la transmettent aux moustiques, elle peut être également présente chez l’homme, le chien, les chauves-souris, les lapins domestiques, les chats, les chevaux. La principale voie de l’infection est la piqûre de moustique. Les symptômes s’apparentent à un syndrome fébrile, des maux de tête, des sueurs, des douleurs musculaires, une toux, des frissons et parfois des troubles respiratoires, dans moins de 15% des cas, des complications débouchent sur des encéphalites.

Les chevaux de France infectés pour la première fois depuis 2007

Plusieurs appels ont été lancés à la population concernée pour vérifier que toutes les eaux usées soient bien supprimées, la préfecture a donné également plusieurs conseils de prévention, dès le soir : porter des vêtements amples et clairs, poser des moustiquaires là où les moustiques sont présents en nombre important. Les vétérinaires de la région ont été avertis de la situation, les oiseaux sont sous surveillance, notamment les oies sauvages, tous les chevaux en liberté vont être pris en charge pour éviter d’autres contaminations. Un traitement de désinfection a été mis en place pour plus de sécurité. Depuis 2007 aucun cas de ce virus n’avait été décelé sur des chevaux en France.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Se raser le maillot

La très en vogue épilation génitale n’est pas dénuée de tous dangers

Un récent sondage révélait que 20% des Françaises avaient adopté l’épilation intégrale. La chasse aux poils pubiens …

Réagissez !