La police

Chants islamistes et commissariats : un dépôt de plainte contre X

En Île-de-France, des commissariats de trois secteurs différents ont reçu récemment des appels téléphoniques étranges et anonymes à connotation terroriste. Selon l’information publiée par BFMTV le 10 octobre 2019 dernier et reprise par plusieurs autres organes de presse, il s’agirait de commissariats situés dans les départements de la Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne.

Des chants islamistes à chaque appel

D’après les recoupements, les hôtels de police des communes de Drancy, d’Asnières et de Saint-Maur-des-Fossés ont reçu des appels téléphoniques peu communs. La préfecture de police de Paris rapporte que les appelants dont on ignore jusque-là les identités scandent chaque fois une chanson islamiste faisant l’apologie du terrorisme. Cette situation alarmante alimente les inquiétudes des forces de police au vu des cas de radicalisation qui se multiplient.

En effet, la semaine qui a précédé ces appels téléphoniques, précisément le 3 octobre 2019, un agent administratif a fait irruption à la préfecture de police de Paris armé d’un couteau et poignardé quatre de ses collègues à mort.

La préfecture de police porte plainte contre X

Le mercredi 9 octobre, le Préfet de police de Paris a déposé une plainte contre X auprès du Procureur de Paris pour « apologie du terrorisme ». Les coupables pourraient écoper de cinq ans de prison et d’une amende de 75 000 euros. D’après l’Express, les forces de l’ordre procèdent déjà à des arrestations, dont celui d’un jeune de 17 ans, à Gap le jeudi soir. D’après Florent Crouchy, Procureur de cette commune, le jeune serait un habitué « des affaires de droit commun » et ne présente aucun signe de radicalisation. Il évoque par ailleurs l’éventualité d’une « mauvaise plaisanterie ». De même, une mère et ses trois enfants ont été interpellés vendredi des suites d’un appel du même genre passé depuis le domicile de la famille au commissariat de Vanves.

Pour l’heure, la culpabilité de ces personnes n’a pas encore été établie et les enquêtes se poursuivent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *