Accueil / Actualités / Chirurgien de Bordeaux : une forte exposition à la radioactivité

Chirurgien de Bordeaux : une forte exposition à la radioactivité

Un chirurgien de Bordeaux a été confronté à une exposition anormale à la radioactivité. Les circonstances de cet accident ne sont pas connues.

Photo d'illustration d'un bloc opératoire
Photo d’illustration d’un bloc opératoire

Ce chirurgien de Bordeaux a été face à une dose de radioactivité trop forte. Au vu de cet accident, l’ASN a souhaité attirer l’attention de tous les professionnels et les directeurs d’établissement utilisant la radioactivité. Les enjeux de la radioprotection sont importants et il est indispensable de porter des équipements prévus pour une telle exposition. De ce fait, les personnes travaillant dans le domaine de la radiologie sont invitées à faire preuve de la plus grande prudence.

Une dose plus élevée de 5 mSv pour ce chirurgien de Bordeaux

Ce chirurgien de Bordeaux concerné par la dose de radioactivité a été à l’origine d’une alerte émise par le CHU de la ville. Comme le révèle le communiqué de l’ASN, ce professionnel médical a reçu une dose de 25 mSv et cela s’avère être problématique puisque la limite annuelle réglementaire est fixée à 20 mSv. De ce fait, le chirurgien a été touché par une dose de 5 mSv plus forte. Selon les premières investigations, cette exposition aurait eu lieu au bloc opératoire et notamment lors de l’utilisation d’un appareil lié à son domaine de prédilection. Toutefois, les circonstances exactes de cet accident ne sont pas véritablement connues.

Un chirurgien de Bordeaux ne portait pas de dosimètre opérationnel

Les premiers éléments de l’enquête n’ont pas permis de savoir si le chirurgien de Bordeaux portait régulièrement les équipements indispensables lors d’une exposition à la radioactivité. Les chiffres ont pu être connus grâce au suivi dosimétrique passif de ce professionnel de la Santé. L’exposition anormalement forte aurait eu lieu entre juin 2014 et juin 2014. Les investigations sont également complexes puisque le chirurgien n’avait pas de dosimètre opérationnel. L’ASN aurait ainsi eu l’opportunité de comparer les différents résultats pour tenter de déterminer les causes de cette exposition trop élevée.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Culturisme

Une prise de protéine a entraîné le décès d’une mère de famille adepte du culturisme

Une jeune maman âgée de 26 ans a succombé à une trop forte consommation de …

Réagissez !