Accueil / Actualités / Disparition de Marcus : aucun ADN, les jours s’enchaînent

Disparition de Marcus : aucun ADN, les jours s’enchaînent

La disparition de Marcus n’est toujours pas résolue et l’espoir s’amenuise de le retrouver notamment s’il a été victime d’un accident.

L'appel à témoins pour Marcus
L’appel à témoins pour Marcus

La disparition de Marcus est dans les esprits, les habitants ont donc été nombreux à participer aux recherches qui ne sont pas soldées sur un point positif. Des expertises ont été réalisées et notamment sur le portillon qui permet d’accéder à la rivière. Les résultats montrent qu’il n’y a pas d’ADN et cela pourrait donc révéler que l’enfant n’est pas partie dans cette direction. De ce fait, la thèse du papa du garçonnet pourrait se confirmer. Toutefois, le parquet souhaite préciser que Marcus aurait pu passer sans pour autant toucher le portillon.

Des expertises dans le cadre de la disparition de Marcus

Pour l’instant, dans l’affaire de la disparition de Marcus, rien ne laisse envisager spécifiquement un accident, une noyade ou encore un enlèvement. Les forces de l’ordre envisagent donc toutes les pistes, mais l’enquête s’accélère. L’enfant âgé de 2 ans a disparu le 23 avril dernier et le parquet de Pontoise a décidé d’ouvrir une information judiciaire. L’objectif consiste à tenter d’expliquer les causes de cette disparition. Il faut savoir que contrairement après la disparition de Berenyss, l’alerte enlèvement n’a pas été déclenchée. Car aucun élément ne permet d’attester que le petit garçon ait été victime d’un rapt.

La piste de l’enlèvement de Marcus envisagée

Les habitants de Butry-sur-Oise dans le Val-d’Oise sont sous le coup de l’émotion depuis la disparition de Marcus. Dans tous les cas, le papa et l’oncle du petit garçon supposent qu’il n’aurait pas pu s’échapper par le portillon. Dans une interview vidéo accordée au Parisien, l’oncle de Marcus révèle que l’enfant venait pour la première fois en métropole et il était assez réservé dans cet environnement qu’il ne connaissait pas. Il estime que le portillon était trop difficile, c’est donc pour cette raison qu’il envisage un éventuel enlèvement.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Une punaise de lit

CHU de Nantes : des punaises de lit s’invitent aux urgences

Le CHU de Nantes, plus précisément son service des urgences, a été la proie d’une …

Réagissez !