Accueil / Actualités / Malformations congénitales : pas de lien identifié avec la pilule au début de la grossesse

Malformations congénitales : pas de lien identifié avec la pilule au début de la grossesse

Malformations congénitales, la pilule contraceptive est-elle risquée ? Certaines femmes se retrouvent enceintes alors qu’elles continuent de prendre une contraception orale, le fœtus est-il alors en danger de malformations congénitales ? La réponse au vu de cette dernière étude serait négative, ce qui devrait rassurer bon nombre de femmes qui se sont vues concernées par ce problème. Des chercheurs se sont penchés sur le sujet et il en résulterait que prendre une pilule contraceptive avant ou au début d’une grossesse n’aurait en fait aucune influence néfaste sur l’enfant à venir en ce qui concerne les malformations congénitales.

Cette nouvelle étude danoise et américaine vient bouleverser toutes les idées reçues démontrées jusqu’à présent, il semblerait que la pilule contraceptive soit innocentée de cette part de risque. Cette enquête a été publiée dans une revue britannique « British Medical Journal » et les scientifiques en charge de cette nouvelle étude ont suivi plus de 900.000 naissances au Danemark entre 1997 et 2011. Les résultats ont démontré que les enfants qui étaient nés de femmes prenant la pilule contraceptive au début de la grossesse n’avaient pas plus de risques de développer des malformations congénitales que ceux nés de femmes qui avaient arrêté la contraception trois mois avant la conception de l’enfant.

La pilule n’entraîne pas de malformations congénitales contrairement à des médicaments

Les malformations congénitales constatées sont de l’ordre de 2,5%, les chercheurs ont considéré que des facteurs aggravants étaient responsables et devaient être pris en compte comme l’alcoolisme, le tabagisme, les pesticides, l’âge de la mère, la prise de certains médicaments, le niveau d’études, l’hérédité. Dans les années 50 et 60, on prescrivait aux femmes enceintes un médicament contre les nausées des premiers mois , la « Thalidomine », ce remède loin d’être anodin a été responsable de plusieurs victimes, entre 10.000 et 20.000, la plupart des enfants sont nés avec des membres en moins. selon une source Ouest France .

Pas d’influence négative selon les chercheurs

Les scientifiques tiennent à rassurer les femmes en spécifiant que continuer à prendre un contraceptif oral et se retrouver enceinte n’aurait aucune influence négative sur le fœtus.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Médecine

L’incontinence urinaire touche plus de 2,6 millions de femmes de plus de 65 ans

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les fuites urinaires. Cette inégalité s’explique …

Réagissez !