Accueil / Actualités / Migrants et sans-abris : la transition ratée de Jean-Pierre Pernaut n’est pas passée inaperçue

Migrants et sans-abris : la transition ratée de Jean-Pierre Pernaut n’est pas passée inaperçue

Ce jeudi 10 novembre 2016, le présentateur du JT de 13 Heures, sur TF1, Jean-Pierre Pernaut, pourtant rompu à cet exercice journalistique, s’est mis dans un pétrin pas possible, lors d’une transition des plus malhabiles, entre deux sujets, en opposant sans-abris et migrants. Les réactions, telles des hérissons, ont été piquantes : si le présentateur a trébuché, il garde les faveurs de TF1.

Jean Pierre Pernaut

Jean-Pierre Pernaut, régnant sur le JT de 13 Heures de TF1, est reconnu pour son professionnalisme et l’audience solide qu’il apporte à sa chaîne : mais nul n’est à l’abri de tout dérapage

Lors d’une des deux grandes messes cathodiques, servies quotidiennement à des millions de téléspectateurs, et plus précisément, lors du journal de 13 Heures, sur la première chaîne privée de France, TF1, Jean-Pierre Pernaut, qui en est le présentateur phare et référent, depuis le milieu de l’année 1988, a effectué une transition malhabile, entre deux reportages, en opposant sans-abris et migrants. Ce dérapage a été amer à avaler pour beaucoup, à l’exception notoire d’une représentante du FN, la député Marion Maréchal-Le Pen, qui y a trouvé des idées frontistes. Notons que la bourde est d’autant plus magistrale que Jean-Pierre Pernaut est, de surcroît, directeur adjoint de l’information sur TF1.

Pouvait-on concevoir une opposition, à étouffer plutôt qu’à attiser, entre les sans-abris et les migrants, deux types de populations ? Jean-Pierre Pernaut s’est égaré dans ce raccourci trompeur

Un reportage, concernant des maraudes de la Croix-Rouge, auprès des des sans-abris, dans la ville de Limoges, se termine. Retour plateau. Pour lancer un sujet sur l’ouverture, porte de la Chapelle à Paris, d’un centre pour réfugiés, le présentateur a lâché les mots suivants, en sous-estimant leur impact négatif, sur un public, qui en dépit de sa fidélité, s’en est indigné : « Voilà, plus de place pour les sans-abri mais en même temps les centres pour migrants continuent à ouvrir partout en France. Ouverture aujourd’hui d’un centre humanitaire pour héberger 400 hommes porte de la Chapelle à Paris, la mairie prévoit 50 à 80 arrivées par jour ». Opposer, volontairement ou non, migrants et sans-abris, a suscité les foudres de la LICRA, et l’antipathie des internautes très réactifs.

Jean Pierre Pernaut, Capture d'écran/TF1

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Faire le ménage

Bouger avec régularité, même en faisant le ménage, un rempart essentiel contre la mortalité

Afin d’améliorer leur endurance cardiaque et respiratoire, leur état musculaire et osseux, et réduire le …

Un seul commentaire

  1. Jean-Pierre Pernaut dit tout haut ce qu’une majorité pense tout bas mais ça ne plait pas à la bobocratie… C’est avec tous les laissés pour compte de cette clique – ceux qui ne sont pas des minorités, les sales Blancs par définition racistes, les retraités à qui l’Etat donne une aumône tandis qu’il arrose les nouveaux arrivants et autres allocataires et réfugiés économiques, ceux qui paient leur impôts sans discuter et les voient dilapidés en frais pharaoniques par une poignée de dirigeants, etc etc – que Trump a gagné la Maison Blanche et que les Anglais ont botté le derrière aux Eurocrates. Quelque chose me dit que ce n’est pas fini…

Réagissez !