Accueil / Actualités / Prison : le traitement des détenus n’est pas celui escompté

Prison : le traitement des détenus n’est pas celui escompté

En prison, les droits des détenus ne sont pas ceux escomptés et dans le domaine de la santé, ils ne sont pas respectés. Un rapport pointe du doigt des pratiques qui doivent être corrigées, car les droits sont à appliquer pour tous.

Prison
Prison / Crédit Photo : Pixabay – TryJimmy

Le Contrôleur s’est penché dans l’univers des détenus, car la prison est un lieu où la liberté s’envole, mais ils ont tout de même des droits. Ces derniers ne sont pas respectés notamment en ce qui concerne la famille. Dans un rapport, Adeline Hazan estime qu’il faut revoir l’accès au téléphone lorsqu’ils sont hospitalisés. À cause de l’absence de certains critères, des détenus refusent d’être soignés et le CGLPL a même constaté une hausse inquiétante de refus.

En prison, l’hospitalisation n’est pas la même pour les détenus

De plus, les détenus n’ont pas la possibilité d’avoir une certaine intimité. De ce fait, le Contrôleur a pu constater que les chambres d’hôpital ressemblent davantage à une prison et non à un lieu où des soins sont proposés. En parallèle, Adeline Hazan dénonce d’autres faits dans le domaine de la santé, car les droits référencés pour une personne qui jouit pleinement de sa liberté ne sont pas les mêmes pour une personne qui effectue une peine de prison. Une nette différence est observée du côté du secret médical qui ne peut pas être appliqué, car les détenus sont constamment escortés.

Les détenus sont menottés en prison et à l’hôpital

Dans son rapport, le CGLPL pointe le doigt le monde de la santé pour les détenus et il demande que les spécialistes soient plus nombreux, car tous les professionnels n’exercent pas dans le milieu carcéral. En parallèle, les personnes qui sont aptes à bénéficier de permission doivent se rendre par elle-même à l’hôpital si leur situation leur permet, cela supprimerait des inconvénients pour le détenu. En effet, lorsque ce dernier est hospitalisé, il est souvent menotté que ce soit pendant un transfert, une simple consultation ou même au bloc opératoire.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Médecine

L’incontinence urinaire touche plus de 2,6 millions de femmes de plus de 65 ans

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les fuites urinaires. Cette inégalité s’explique …

Un seul commentaire

  1. Il y a encore des personnes pour dire qu’un criminel est maltraité, je ne sais plus dans quel monde on vie, de nos jours il y aurait bien un avocat pour défendre Hitler ou staline

Réagissez !