Accueil / Actualités / Régimes pauvres en graisses : les résultats ne sont pas si flagrants

Régimes pauvres en graisses : les résultats ne sont pas si flagrants

Les régimes pauvres en graisses sont parfois plébiscités par des personnes qui souhaitent perdre du poids. Finalement, une étude montre que les résultats ne seraient pas aussi importants et ils ne seraient pas si attractifs.

Maigrir
Maigrir / Crédit Photo : Pixabay – PublicDomainPictures

Les régimes pauvres en graisses peuvent être choisis pour préparer l’été dans le but de montrer sa nouvelle silhouette à la plage. À l’approche de l’hiver, la préparation est similaire à cause des fêtes de fin d’année qui sont synonymes de gourmandises et d’écarts en tous genres. Pourtant, cette sélection pour perdre du poids ne serait pas aussi spectaculaire, car la différence en pratique serait notoire. La constatation a été faite dans une étude qui a consisté à rassembler une multitude de données qui s’articulaient autour des régimes.

Choisir les régimes pauvres en graisses n’est pas une stratégie optimisée

Pour amincir la silhouette, les personnes sont susceptibles d’essayer tout ce qu’elles peuvent trouver et les régimes pauvres en graisses sont parfois cités en première ligne. Pourtant, selon un article de The Lancet Diabetes & Endocrinology, les résultats ne seraient pas aussi flagrants que ceux référencés avec d’autres régimes dont l’objectif consiste aussi à perdre du poids. Les auteurs de l’étude dirigés par le docteur Deirdre Tobias stipulent que deux faits importants sont à noter. Le premier concerne les résultats et au vu de l’enquête, il n’y a aucune preuve qui montre qu’il vaut mieux choisir ce concept.

Ces régimes pauvres en graisses n’entraînent pas des résultats différents

Le second fait concerne les conséquences engendrées par les régimes pauvres en graisses, car nombreux sont les professionnels de la santé à ne pas les recommander. Cette stratégie ne serait pas optimisée sur le long terme. Il est important de rappeler que l’alimentation a un impact sur l’organisme. Il est donc judicieux d’effectuer une activité sportive quotidienne même légère et de l’accompagner avec un régime alimentaire à la fois varié et raisonnable. En cas d’écart, il suffira de compenser avec une séance de sport un peu plus intense.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Médecine

L’incontinence urinaire touche plus de 2,6 millions de femmes de plus de 65 ans

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les fuites urinaires. Cette inégalité s’explique …

Réagissez !