Rennes : à 83 ans, elle est SDF à cause de squatteurs

A Rennes, une dame de 83 ans ne peut pas rentrer dans sa maison à cause de squatteurs. Cette octogénaire est donc une SDF.

Photo d'illustration de Rennes
Photo d’illustration de Rennes

Une femme de 83 ans ayant perdu récemment son mari a décidé de retourner vivre dans sa maison à Rennes, mais la surprise fut mauvaise, l’habitation était squattée. Selon ses propos à Europe 1 sa maison serait envahie d’au moins d’une quinzaine de personnes, les serrures ont été changées, des barbelés installés au pied des murs du jardin et les squatteurs ont déposé des tessons de bouteilles sur le muret qui entoure la maison. Elle ne peut plus rentrer chez elle, car « ça aurait été une violation de domicile » a indiqué la police au fils de cette pauvre dame. Cette femme désemparée, âgée et de surcroit en colère, car la loi est injuste « on se fout du monde » a expliqué que si elle n’avait pas son fils, elle se laissera mourir, elle voulait simplement retourner vivre dans sa maison après la mort de son compagnon et devant elle un spectacle affligeant, sa maison est taguée, les arbres sont coupés.

A Rennes, des squatteurs ont chamboulé sa maison

La loi française ne protège pas les propriétaires ou les locataires qui retrouvent leur domicile occupé par des squatteurs, au-delà d’un délai de 48 heures ils ne peuvent plus être expulsés par la police. Il n’y a plus de flagrant délit, c’est donc aux occupants légaux de se débrouiller tout seuls, les démarches administratives souvent coûteuses finiront par aboutir, mais au terme d’une longue procédure judiciaire pendant laquelle les propriétaires devront trouver et payer un autre logement en plus des frais : loyers, factures de leur propre domicile squatté.

Une vieille dame de 83 désemparée à Rennes

La vieille dame a décidé de porter l’affaire en justice pour essayer de faire évacuer sa maison, mais son combat va sans doute être long, il va lui falloir des semaines de procédures avant qu’elle puisse enfin rentrer chez elle, mais le calvaire ne sera pas fini. Sa maison sera surement dans un état pitoyable, des frais qu’elle devra assumer seule, car la justice ne remboursera pas les dommages qu’auront commis les squatteurs. En attendant, Maryvonne, la vieille dame se considère « comme SDF, et elle ne mange plus », elle attend un logement des pouvoirs publics en attente du sien.

Partagez notre article !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur skype
Skype
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Continuez la lecture !