Accueil / Actualités / Résidence alternée : un nouveau procédé problématique

Résidence alternée : un nouveau procédé problématique

La résidence ou garde alternée est un casse-tête pour les parents en instance de séparation. Le nouveau procédé est qualifié de dangereux.

Photo d'illustration d'un enfant avec ses parents
[/media-credit] Photo d’illustration d’un enfant avec ses parents
La résidence ou la garde alternée s’invite dans le domicile lorsque les deux parents se séparent. Certains font le choix de rester unis même si l’amour a disparu dans le but de protéger l’enfant. D’autres préfèrent se séparer et mettre en place un calendrier permettant aux enfants de voir les parents, mais le nouveau procédé mis en place par une nouvelle loi est dans le collimateur des spécialistes de la petite enfance. En effet, lorsque le père et la mère se séparent, la situation est déjà problématique pour les enfants qui se retrouvent au centre. L’Assemblée nationale s’est penchée sur une proposition de loi qui vise à adapter les nouvelles configurations familiales au droit de la famille.

Une nouvelle garde alternée dans le collimateur

Le gouvernement souhaite ainsi instaurer pour cette garde alternée une double résidence. Ainsi, cette dernière vise à mettre en place un partage du temps égal entre le père et la mère. Toutefois, cette méthode étudiée dès lundi ne comble pas les attentes des spécialistes qui estiment que cette résidence alternée n’est pas en faveur des enfants de moins de 6 ans. Les experts pensent qu’il est judicieux de ne pas imposer un domicile avant l’âge de 3 voire 6 ans.

La résidence alternée favorisera-t-elle les angoisses ?

En effet, cette nouvelle résidence alternée pourrait s’avérer néfaste pour les petits qui ont besoin d’une certaine continuité et surtout d’une stabilité. Avec ce nouveau procédé, le développement affectif de l’enfant pourrait être chamboulé et certains experts n’hésitent pas à affirmer qu’il serait risqué d’opter pour ce dispositif. Ainsi, des spécialistes de la petite enfance pensent que le fait d’imposer un temps égal chez les moins de 6 ans pourrait entrainer des troubles du sommeil et être une source d’angoisse notamment lorsqu’il y a des conflits.

Que pensez-vous de ce nouveau procédé ?

Source photo : Vera Kratochvil

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Chirurgie

Compresses dans le ventre pendant 9 ans, une patiente surprend la toile

Une patiente a découvert lors d’examens médicaux que dans son ventre se trouvaient deux compresses …

Un seul commentaire

  1. Les seuls opposants à la RA sont tous psychanalystes. Les principaux ont tous été condamnés par la HAS (Haute Autorité de la Santé) pour leur prétention à soigner l’autisme. Ce sont donc des charlatans.

Réagissez !