Accueil / Ailleurs sur le Web / Néandertal : la découverte de l’aspirine et du soin des dents

Néandertal : la découverte de l’aspirine et du soin des dents

L’homme de Néandertal avait une connaissance des plantes, c’est avec elles qu’il devait venir à bout des différents maux. Une étude réalisée par une équipe internationale de chercheurs dont les résultats ont été publiés dans la revue Nature démontre que nos ancêtres guérissaient leurs maladies avec des plantes. Les scientifiques ont pu avancer de telles conclusions après avoir étudié le tartre dentaire de plus de quatre fossiles d’hommes de Néandertal retrouvés dans la grotte de Spy en Belgique et sur le site d’El Sidor en Espagne. Ils sont vieux de plus de 42.000 à 50.000 ans.

Homme

L’homme de Néandertal se soignait les dents

La plaque dentaire est une pellicule qui contient de mauvaises bactéries, elle se forme à la surface, elle donne une sensation de rugosité. Lorsqu’elle n’est pas éliminée, elle peut provoquer des problèmes comme des caries, une inflammation des gencives. La plaque recouvre les dents si vous ne les brossez pas régulièrement, celui du soir est particulièrement important, il élimine celle accumulée tout au long de la journée. Il suffit de 12 jours pour qu’elle se transforme en tartre. Il est nécessaire de prendre rendez-vous au moins une fois par an avec un dentiste pour un contrôle, un détartrage pourra alors être effectué afin de recréer un environnement sain dans la bouche.

La dentition de nos ancêtres révèle que ces hommes avaient recours à une sorte d’automédication à base d’antibiotiques, d’antalgiques pour soigner leurs infections, leurs douleurs. Les dents sales des hommes de Néandertal retrouvées ont permis aux scientifiques de mettre en évidence leurs comportements alimentaires, leurs habitudes médicinales. Celles recouvertes de tartre ont donné aux chercheurs des détails très intéressants sur leur état de santé.

Apaiser les douleurs et soigner les maux avec de l’aspirine

Les Néandertaliens connaissaient le feu, ils taillaient la pierre pour fabriquer des outils, ils réalisaient des huttes, chassaient différents animaux comme le mammouth. On a aujourd’hui la preuve qu’ils parlaient, mais leur disparition reste encore un mystère. Ils avaient aussi un régime alimentaire composé de coquillages, de mollusques, de végétaux, de phoques, de petits mammifères. Des études ont confirmé que nous partageons avec eux plus de 3% de gènes en commun. C’est l’espèce la plus proche de l’homme moderne. Ils ont vécu il y a plus 200.000 ans jusqu’à environ 30.000 ans. Des traces archéologiques montrent également qu’en crise alimentaire, ils pratiquaient le cannibalisme, ils mangeaient les membres du groupe.

L’analyse ADN a permis de démontrer que l’un des quatre fossiles étudié était mal en point, il devait souffrir d’un abcès dentaire, d’un parasite intestinal, afin de se soigner, il mangeait de l’écorce de peuplier, celle-ci contient de l’acide Salicylique dont l’aspirine est un dérivé, les scientifiques ont aussi retrouvé des traces d’un champignon le Pénicillium, un antibiotique naturel.

Homme, Pixabay – RyanMcGuire

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Paille

Une simple paille qui aurait la faculté de déceler la drogue du violeur

C’est en effet, l’idée lumineuse que trois lycéennes de Miami aux Etats-Unis ont pu avoir. …

Réagissez !