Accueil / Grossesse / Compléments alimentaires : l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation rappelle aux femmes enceintes de ne pas consommer sans avis médical

Compléments alimentaires : l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation rappelle aux femmes enceintes de ne pas consommer sans avis médical

Ce genre de produis connaissent un vrai engouement auprès des consommateurs. Ils sont vendus dans le but de fournir un complément nutritionnel, psychologique qui manque au corps humain. Selon certaines études, plus de 15% des individus prennent régulièrement des compléments alimentaires sans conseil médical, pas forcément à bon escient. A mi-chemin entre médicament et aliment, ils permettent de prévenir, de compenser des carences, de donner un coup de fouet, de préparer sa peau au soleil, de lutter contre le stress.

Compléments alimentaires

De nombreux compléments alimentaires nous tendent les bras, ils sont de plus en plus nombreux dans les étals de nos pharmacies, supermarchés

Les compléments alimentaires bénéficient d’un succès croissant sur le marché français. Théoriquement notre alimentation est suffisamment riche, variée pour permettre de combler tous nos besoins nutritionnels. Les femmes en âge de procréer seraient plus de 23% à avoir des carences en fer, de plus il est reconnu que celles qui attendent un enfant ont des besoins accrus en Folates (vitamine B9). Normalement, on devrait avoir confiance en ces produits, ils répondent à des critères de composition stricts, il en est de même pour les dosages. L’étiquetage répond également à des normes précises pour une plus grande transparence, une meilleure information. Il est préférable d’acheter ces compléments alimentaires en pharmacie ainsi on peut aisément demander conseil à un professionnel de santé. Il est important de ne pas oublier que la prise doit toujours être accompagnée par une alimentation saine, variée.

Les femmes ne doivent pas multiplier les sources de vitamines, de minéraux lors d’une grossesse selon un communiqué rendu public par l’ANSES

Pendant la grossesse, l’utilisation de compléments alimentaires à des fins thérapeutiques n’est pas un geste anodin, cela peut se révéler dangereux pour la mère comme pour le bébé. Attendre un enfant est un état naturel non une maladie. Cette période est pourtant jonchée de petits désagréments, nausées, douleurs, jambes lourdes… Toute automédication est à proscrire. L’agence nationale invite toutes les femmes à une certaine prudence vis-à-vis de ces produits très populaires. A des doses inappropriées, ils peuvent présenter un risque pour le fœtus. Il est essentiel que les femmes enceintes informent leur médecin traitant des médicaments et autres compléments alimentaires qu’elles prennent afin qu’il juge des risques potentiels que ces substances font courir à la mère comme à l’enfant.

Compléments alimentaires, Pixabay – MelSi

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Etude en laboratoire

Trisomie 21 : l’amniocentèse n’est désormais plus la seule solution

La trisomie 21 est la première cause de handicap mental. Un enfant sur 800 naît …

Réagissez !