Accueil / Grossesse / Le lactarium d’île de France fait l’objet d’une enquête

Le lactarium d’île de France fait l’objet d’une enquête

La distribution du lait du lactarium d’île de France a été suspendue après le décès de deux prématurés, cette mesure a été prise en attendant les résultats des examens complémentaires sur les souches présumées contaminées. Les lactariums jouent un rôle primordial, les prématurés dont les mères n’ont pas de lait ont un vrai besoin, la distribution est alors d’une première importance afin de leur donner une chance de survie supplémentaire. La bactérie mise en cause n’est autre que la Bacillus Cereus, elle peut avoir de graves conséquences sur les personnes fragilisées. Les résultats sont attendus dès cette fin de semaine.

Du lait pour bébé

Cette suspension est une précaution

En attendant la réouverture de ce lactarium, d’autres pourront subvenir aux besoins des prématurés. L’agence nationale de sécurité du médicament vérifie en ce début de semaine que toutes les conditions de sécurité ont bien été respectées, mais d’autres pistes sont également à prendre en compte, car le lait maternel distribué aux prématurés n’est pas la seule piste de contamination. En effet, l’infection peut avoir lieu à n’importe quel moment notamment lorsque la mère donne le lait à l’enfant, des propos soulignés par le chef de service de l’hôpital de néonatologie de la Croix rousse à Lyon et contacté par Pourquoidocteur.

Les conditions de sécurité au sein d’un lactarium sont très pointues

Des visites de contrôles sont mises en place très régulièrement. Les bactéries pathogènes sont décelées dans les produits riches en amidon. Véhiculées par l’air, elles entraînent des troubles d’ordre digestif dû à l’ingestion de la toxine. Les produits contaminés peuvent l’être par la poussière, le sol… Trouver cette bactérie dans le lait maternel d’une donneuse n’a rien d’anormal, car elle est présente dans l’environnement.

Le lait une fois récolté est transporté au lactarium  sans briser la chaîne du froid

Des tests sont alors mis en place pour s’assurer de la conformité du produit. Le lait est chauffé à plus de 60°C pendant trente minutes, la plupart des bactéries et autres virus sont détruits, mais cette précaution ne suffit pas toujours. Certains germes peuvent résister. Il faudra attendre la fin de la semaine pour connaitre les conclusions des analyses des souches.

Du lait pour bébé, Pixabay – ManuelPacheco

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Compléments alimentaires

Compléments alimentaires : l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation rappelle aux femmes enceintes de ne pas consommer sans avis médical

Ce genre de produis connaissent un vrai engouement auprès des consommateurs. Ils sont vendus dans …

Réagissez !