Accueil / Grossesse / L’allaitement réduirait de 27% le risque génétique lié à l’asthme

L’allaitement réduirait de 27% le risque génétique lié à l’asthme

Pour ou contre l’allaitement ? De nombreuses études prônent ses bienfaits, certains détracteurs jugent cette façon d’alimenter le bébé comme étant primaire, une aliénation de la femme. Il reste pourtant une manière de protéger le bébé contre des maladies. Une nouvelle étude vient de mettre en évidence plusieurs facteurs protecteurs, il immuniserait les enfants ayant une prédisposition génétique à l’asthme.

La main d'un bébé

Un risque moindre de développer de l’asthme

Les chercheurs de l’université de Bâle en Suisse ont voulu comprendre le rôle protecteur de l’allaitement durant l’enfance. Les scientifiques ont examiné le cas de plus de 368 patients dans le cadre d’une étude étudiante sur le développement de leurs poumons. Tout a été pris en compte, les crises d’asthme et leur fréquence, la durée de l’allaitement. Des tests génétiques ont été faits sur les enfants porteurs du gène 17Q21, ils ont un risque accru de développer une respiration sifflante en particulier lorsqu’ils sont confrontés à des polluants domestiques comme le tabac, les produits d’entretien.

Les résultats de l’étude ont démontré que les enfants porteurs de ce variant génétique qui ont été nourris au sein ont moins de risque de développer de l’asthme par rapport aux enfants qui n’ont pas été allaités dès la naissance.

La grande mode de l’allaitement a subi un revers dans les années 60

Bon nombre de personnes ont vu en l’allaitement une aliénation de la femme, c’est une des raisons pour laquelle il a chuté. Aujourd’hui, dans les maternités, de plus en plus de consultations mettent en valeur l’allaitement, ses bienfaits à court et à long terme. S’il n’est pas une obligation, il est indéniable qu’il apporte des bienfaits à l’enfant comme à la mère, digestion facilitée, protection des allergies, du diabète, de l’obésité. Il permet de créer un lien entre l’enfant et la mère. Pour la maman, il limite la fatigue, plus besoin de se lever au beau milieu de la nuit pour préparer les biberons, il aide à retrouver le poids initial, il reste une arme certaine contre le baby blues. S’il protège contre l’asthme, c’est une raison supplémentaire lorsque le terrain familial est propice.

La main d’un bébé, Pixabay – StockSnap

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Grossesse

La grossesse et le tabac ne font pas bon ménage, il impacterait le poids du bébé

Grossesse et tabac sont deux mots qui ne vont pas ensemble. Une femme enceinte qui fume s’expose …

Réagissez !