Accueil / High-Tech / 55 Cancri e : une « Super Terre » dantesque enrobée de lave et aux températures infernales de plus de 2 500 degrés

55 Cancri e : une « Super Terre » dantesque enrobée de lave et aux températures infernales de plus de 2 500 degrés

La NASA ne cesse de satisfaire, à renforts de phénomènes naturels, qui pourraient de prime abord se révéler du registre de la science-fiction, notre curiosité insatiable concernant l’astronomie. Quelle planète se cache ainsi derrière la dénomination sibylline de 55 Cancri e ? Je peux d’emblée vous affirmer qu’il y fait chaud, même très chaud ! C’est la caractéristique majeure de cette exoplanète, avec un mercure pouvant atteindre et même dépasser les 2 500 degrés (2 700 degrés à notre connaissance). Après le télescope Hubble, qui en avait déjà percer certains secrets, c’est au tour de Spitzer ou SIRTF (Space Infrared Telescope Facility), un télescope spatial infrarouge, développé par la NASA, officiant depuis son lancement le 25 août 2003, d’avoir honoré avec brio une mission pour une investigation au plus près de 55 Cancri e. Spitzer se trouve ainsi sous les phares scientifiques, médiatiques, et aussi du grand public, pour cette contribution majeure et pourvoyeuse d’enseignements, en ce qui concerne cette exoplanète singulière : 55 Cancri e, appartient en effet à la famille rarissime des « Super Terre », c’est-à-dire qu’elle a les attributs d’une planète de type rocheuse mais dont la masse dépasse largement celle de notre Terre, qui nous offre une surface et une atmosphère se révélant toutes les deux beaucoup moins hostiles et plus propices au développement de la vie que 55 Cancri e, où elle ne verra – ce que nous pouvons avancer avec une quasi-certitude –  jamais le jour.

55 Cancri e : des températures records pour cette exoplanète proche de son étoile et ne dévoilant qu’une de ses deux faces

L’exoplanète 55 Cancri e gravite dans l’espace autour d’une étoile avec une forte proximité (1,5 millions de kilomètres de distance), qui explique en grande partie ses températures extrêmement chaudes et inhospitalières. Son orbite est 100 fois plus proche que celle de la Terre autour du soleil. Sa rapidité est à souligner. « 55 Cancri e » effectue le tour de son étoile en seulement 18 heures, contre 365 jours pour notre planète. Elle présente une autre particularité, qui n’est pas sans rappeler le jeu de cache-cache céleste de la Lune avec la Terre, puisqu’elle offre toujours la même « face» à son étoile. Ces deux spécificités additionnées à d’autres, que nous occultons quelque peu, font, que bien plus que sur Mars, les séances de bronzage y sont exclues à jamais. En effet, d’après la NASA , la température varie entre la surface de la face exposée (plus de 2 500 degrés) contre tout de même 1 100 degrés pour l’autre face qui se dérobe à son étoile. Son paysage reflète une intense activité géologique et est recouvert de lave, aux manifestations différant entre ses deux faces. Sur l’une cachée, Spizter a repéré des coulées de lave solidifiées, alors que sur l’autre exposée à son étoile, des rivières de lave, ou encore des mers magmatiques, sont des plus fascinantes.

55 Cancri e : un nom trompeur que celui de « Super Terre » puisqu’elle ne présente  aucune similitude avec notre Terre chérie

Cette « Super Terre » mérite son adjectif de « super » puisqu’elle se distingue de notre planète bleue, de par ses températures dantesques, et son sol qui vous engloutirait instantanément, ainsi que par sa dimension deux fois plus importante que notre chère Terre. Il convient de rappeler que le terme de « Super Terre » est approprié uniquement si la masse de l’astre en question est un à dix fois supérieur à la planète bleue. Il vous est impossible de la localiser dans le ciel nocturne mais émaillé d’étoiles : il faudrait, pour en capter l’effroyable beauté, mission accomplie par Spitzer (en l’espace de seulement 80 heures), s’aventurer dans la Constellation du Cancer, c’est-à-dire à environ 40 années-lumière de chez nous ! Une distance qui n’est rien à l’échelle de l’univers mais qu’il nous est impossible d’imaginer cérébralement, et qui avec des membres d’équipage, s’inscrit hors du registre des possibles.  l’instant, nous avons grâce au précieux satellite deux choses : une cartographie détaillée de ses températures et des photos de cette exoplanète inconnue avant sa découverte par des chercheurs de la NASA en 2004. Le télescope James Webb, annoncé pour 2018, est très attendu, pour en savoir davantage, sur cette exoplanète, pour l’instant sans rivale ou sosie.

Le télescope Spitzer est le premier à avoir pu observer d’aussi près une exoplanète : un succès ouvrant des portes sur l’avenir

Le rôle de Spitzer, suivi en 2009 par le satellite Herschel permettant une analyse beaucoup plus affinée, toujours avec cet allié qu’est l’infrarouge, tout comme celui qui incombera au télescope James Webb, est d’observer la création de l’univers, paraissant de moins en moins immuable, avec la formation et l’évolution des galaxies primitives, la genèse des étoiles et des planètes, et l’évolution de la composition chimique de l’infiniment grand. Ce sont des phénomènes nécessitant, pour être observés correctement, le recours à l’infrarouge. Par le biais de cette technologie, dont est équipé Spitzer, le télescope spatial a pu capter pour la première fois la lumière émise par une exoplanète chaude, à savoir celle dont il est question dans cet article, et ainsi analyser les variations de températures à sa surface. Cette première spatiale est de bon augure pour explorer à l’avenir, d’autres exoplanètes, semblables ou non, à 55 Cancri e, qui étonne et détonne de par ses records de chaleur. L’aventure ne fait donc que commencer et la NASA entend bien la conduire en conciliant rapidité et fiabilité des informations amenées à être collectées. Gageons que ce pari soit remporté par la célèbre agence spatiale américaine ne lésinant pas sur les moyens déployés pour atteindre ses fins.

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Bijou

Les bijoux deviennent désormais intelligents pour étudier votre santé

Difficile de passer à côté de ces objets connectés qui ont largement envahi notre quotidien. …

Réagissez !