Accueil / High-Tech / Diego : la tortue mâle géante qui a sauvé son espèce grâce à un penchant prononcé pour le sexe

Diego : la tortue mâle géante qui a sauvé son espèce grâce à un penchant prononcé pour le sexe

Une tortue, répondant au sobriquet de Diego, a fortement contribué au sauvetage de son espèce, sur laquelle planait un menace  d’extinction. Mâle dominant et à l’appétit sexuel insatiable, il a contribué à la naissance de 40% des 2000 tortues réintroduites progressivement au sein d’une île des Galapagos.

Tortue

Diego, véritable Don Juan en carapace, provient d’une espèce endémique et menacée d’extinction, qui peuple une île des Galapagos, baptisée Espanola

Chelonoidis hoodenis est une espèce de tortue géante, qui vit habituellement en liberté, dans une  île de l’archipel des Galapagos, située dans l’océan Pacifique, et possession équatoriale. Les Galapagos sont réputées, à juste titre, pour leur faune unique et particulièrement bien protégée, notamment au sein d’un parc naturel, écrin de toute beauté.

Mais revenons à nos tortues : elles doivent leur survie, sur l’île où leur espèce est endémique, à savoir Espanola, à un mâle reproducteur hors pairs, même en captivité (cette dernière s’est révélée indispensable) et dominant sur son sérail de six tortues femelles : le surnom de Diego lui a été donné par la communauté scientifique surprise par ce cas si fécond et que nous pourrions même qualifier d’accroc au sexe. Il a été un héros sauveur de son espèce, appartenant à la famille des Testudinidae, au déclin amorcé.

La captivité de Diego était un mal nécessaire pour un bien salvateur : ses qualités de reproducteur lui valent la paternité de pas moins de 800 tortues !

Comme le rapporte Le Figaro, ce reptile ayant atteint l’âge honorable de 100 ans, pesant environ 80 kilos, pour 90 centimètres de long, a été retiré de son biotope originel, pour intégrer, en 1976,  le zoo de San Diego aux Etats-Unis (Californie). Le risque majeur, à éviter absolument et à résorber également, était une fertilité en berne, sur l’île Espanola, où elle a pleinement sa place réservée et à préserver.
Diego a été choisi pour une mission à double vocation : booster la naissance d’abord en captivité de couvées et ensuite procéder à une introduction des 800 tortues, dont il est le géniteur, dans leur habitat naturel. Diego a brillamment  éclipsé ses deux concurrents et il est le père de 40% des 2000 tortues remises en liberté sur l’île Espanola. Notons qu’il ne réside plus dans un zoo mais dans un centre d’élevage à Puerto Ayora et il ne semble pas impatient de prendre sa retraite et entend bien rester sexuellement actif et aussi réactif.
Tortue, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

données perdues

Mes données sont-elles perdues ?

Vous venez par erreur de supprimer un fichier très important et malheureusement vous n’avez pas …

Réagissez !