Accueil / High-Tech / Pornographie : le cerveau endommagé et diminué par les films X

Pornographie : le cerveau endommagé et diminué par les films X

La pornographie et le cerveau ne sont pas vraiment compatibles puisque le fait de regarder des films X aurait tendance à diminuer les capacités.

Cerveau et la pornographie
[/media-credit] Cerveau et la pornographie
La pornographie aurait un impact néfaste sur le cerveau selon une étude réalisée par l’Institut Max Plank de Berlin. Avec l’essor d’Internet, les films X sont à la portée de quelques clics de souris et il est assez facile de les regarder puisque le nombre de sites a considérablement augmenté au fil des années. Que ce soit des offres payantes ou gratuites, les internautes ont un accès très simplifié à la pornographie, ce qui n’était pas le cas il y a plusieurs années voire des décennies. En effet, à l’époque, les amateurs devaient se rendre dans un vidéoclub pour obtenir un film X, aujourd’hui la consommation a totalement changé causant des problèmes et même des modifications des stimuli sexuels selon cette étude.

La pornographie perturbe le cerveau et la vie de couple

Ainsi, cette forte consommation de pornographie n’est pas bénéfique pour le cerveau, car la taille aurait tendance à diminuer. Les scientifiques ont ainsi constaté que le fait de regarder pendant plusieurs heures par semaine un film X entrainait une diminution du « volume de matière grise dans le lobe droit ». De plus, cette consommation solitaire de la pornographie pourrait avoir des répercussions dans la vie de couple puisque les stimuli sexuels ne sont plus les mêmes. Les scientifiques ont également constaté que les zones où les films X agissent ne sont pas anodines.

La pornographie peut devenir une drogue

En effet, la pornographie agit sur deux régions qui sont liées à la consommation de drogues. Ainsi, le fait de regarder trop souvent des films X pourrait être considéré comme une addiction au même titre que celle liée à des substances illégales et dangereuses pour la santé. Pour réaliser cette étude, les scientifiques allemands ont collaboré avec des hommes âgés de 21 à 45 ans. Ces derniers avaient tendance à regarder des films pornographiques environ 4 heures toutes les semaines.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Bijou

Les bijoux deviennent désormais intelligents pour étudier votre santé

Difficile de passer à côté de ces objets connectés qui ont largement envahi notre quotidien. …

Un seul commentaire

  1. les femmes non cas pas envoyé les hommes sur les roses non plus et les faire payé à chaque rencontre; et elles non cas faire la démarche aussi envers les hommes et le problème ne se posera plus………….

Réagissez !