Accueil / High-Tech / Programme Apollo : des astronautes plus touchés que leurs homologues par les maladies cardiovasculaires

Programme Apollo : des astronautes plus touchés que leurs homologues par les maladies cardiovasculaires

D’après une étude de chercheurs de l’université de Floride de Tallahassee, relayée dans Scientific Reports, il est expliqué que les maladies cardiovasculaires sont l’une des causes principales de mortalité chez les explorateurs de l’espace, et ce essentiellement chez les astronautes ayant participé au programme lunaire Apollo.

Astronaute sur la Lune

Qu’est-ce que le programme lunaire Apollo, ambition spatiale américaine pour rattraper un retard et concurrencer l’URSS dans la conquête  stratégique de l’espace ?

Le programme spatial Apollo, volonté du président américain Kennedy formulée en 1961, avait pour objectif d’envoyer un équipage de trois hommes en orbite autour de la Lune pour l’observer de près. Six des missions Apollo (Apollo 11, 12, 14, 15, 16, 17) arrivèrent à ce but. Les six missions lunaires rapportèrent plus de 300 kilos d’échantillons de roches et poussières. La durée totale du séjour des astronautes américains sur la Lune s’est élevée à 300 heures, dont 80 ont été consacrées aux sorties (exploration, prélèvements d’échantillons, déploiement de matériel, etc.). 12 astronautes de la NASA (National Aeronautics  and Space Administration) ont eu l’immense privilège de marcher sur la Lune. Le coût financier majeur du programme précipita son abandon et les missions Apollo 18, 19, 20, ont été annulées pour cette raison.

Si tous les astronautes développent davantage de maladies cardiovasculaires, ceux du programme Apollo sont de loin les plus touchés : la faute aux radiations cosmiques

Cette étude, pionnière en la matière, compare la santé des astronautes, qui ont été sur la Lune et ayant ainsi pris part aux diverses missions Apollo avec ceux restés proches de la Terre, à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Les conclusions sont sans appel : les astronautes recrutés pour les missions Apollo souffrent et même meurent plus facilement de maladie cardiovasculaire que ceux qui ont séjourné en orbite basse.

Une plus grande exposition aux radiations cosmiques serait la coupable la plus plausible. Les précisions chiffrées de l’étude montrent que sur les 24 hommes du programme Apollo qui ont embarqué pour l’espace lointain, 8 sont désormais morts. « 43 % des décès des astronautes d’Apollo sont dus à un problème cardiovasculaire », selon l’étude. « Cela fait près de 5 fois plus que pour les astronautes morts qui n’ont jamais volé (9 %) et 4 fois plus que ceux restés en orbite basse (11 %). »

Des risques de cancer, que nous déplorons évidemment, mais qui penchent en défaveur de tous : astronautes du programme Apollo ou autres missions et terriens

Au sujet des vols habités en direction de Mars, l’étude est plus pessimiste que enthousiaste. « Ces résultats suggèrent que les vols habités dans l’espace lointain pourraient être plus dangereux sur le plan cardiovasculaire qu’on ne le pensait auparavant ». Par contre, les scientifiques n’ont pas trouvé de différence notable concernant les risques de cancer entre aventuriers de l’espace, relevant du programme Apollo, et individus lambdas.

Pour valider leurs résultats, et leur apporter une caution indéniable, les chercheurs ont mené des expériences sur des souris. Après les avoir exposées au même type de radiations que celles endurées par les astronautes d’Apollo, elles ont présenté des atteintes au niveau des artères au bout de 6 mois, soit l’équivalent de 20 ans chez un homme. « Cela démontre que les radiations de l’espace lointain sont mauvaises pour la santé vasculaire », explique cette étude.

Astronaute sur la Lune, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Application

Quelles sont les meilleurs applis santé à télécharger ?

On entend souvent dire que les téléphones portables sont nocifs pour la santé. Il est …

Réagissez !