Accueil / Insolite / 12400 ans, c’est l’âge d’un vieux chien prisonnier de la glace en Sibérie

12400 ans, c’est l’âge d’un vieux chien prisonnier de la glace en Sibérie

Le chien était-il domestiqué par l’homme préhistorique ? Cette énigme sera peut-être dans quelque temps élucidée si les scientifiques arrivent à faire parler la dépouille de ce chiot vieux de 12400 ans, ils sont parvenus à la décongeler et les restes sont presque intacts comme le cerveau.

Les restes de ce chien ont été parfaitement conservés

Il y a de cela un an dans le Pergélisol Sibérien du village de Tumat en république de Sakha, les restes d’un chiot ont été découverts et cela pourrait bien apporter quelques réponses sur la vie des hommes et des animaux de cette époque. La dépouille du chiot était congelée et particulièrement bien conservée malgré les années, plus de 80% des restes sont exploitables par les chercheurs et selon les scientifiques de l’institut géologique de Moscou en charge des analyses, ce serait la première fois que l’on découvre un cerveau de chien si ancien selon des faits rapportés au « Sibérian Times ».

La piste d’un chien domestiqué emprisonné par la glace

Le chien est sans doute mort lors d’un glissement de terrain et se serait momifié dans les glaces permanentes de cette partie du monde. Le chien était-il domestiqué par les hommes préhistoriques, avaient-ils des animaux de compagnie ? Les scientifiques pourront peut-être répondre partiellement à ces interrogations après avoir analyser les échantillons prélevés sur le chiot et savoir avec plus de précision les conditions de vie des hommes et des chiens à cette époque.

Un chien capable d’apporter des données sur les Hommes

Le cerveau n’est pas le seul élément qui intéresse les chercheurs, les parasites, les échantillons de sols prélevés à proximité de la dépouille vont renseigner les scientifiques après l’analyse de tous ces éléments déterminants. Le clonage de cet animal est-il possible ? Selon un spécialiste du Michigan aux États-Unis et interrogé par « le Huffington Post », il y aurait peu de chance pour un clonage éventuel, car les tissus n’auraient pas gelé aussi rapidement que cela est nécessaire pour que l’homme aujourd’hui parvienne à mettre au point un clonage réussi. Il  est vrai que mieux connaitre les conditions de vie des hommes et des animaux durant cette époque en Sibérie peut se révéler être des plus intéressante, mais de cloner un chien, cela peut-il avoir un impact sur la science ? Il vaut mieux parfois garder une part de mystère et ne pas s’acharner sur des expériences inutiles.

Chien, Pixabay – cocoparisienne

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Tomates

Deux nouvelles variétés de tomates seront très bientôt dans nos assiettes !

Lorsque l’on sait qu’en France, la production de tomates s’élèvent à plus de 600.000 tonnes …

Réagissez !