Accueil / Insolite / Le Blob, ni animal ni végétal, ni champignon, cette sorte de mousse fascine les scientifiques, elle a des propriétés étonnantes

Le Blob, ni animal ni végétal, ni champignon, cette sorte de mousse fascine les scientifiques, elle a des propriétés étonnantes

Cette sorte de cellule géante se prénomme blob car on ne sait pas comment la nommer. Cette masse peut s’étaler en forêt sur plusieurs mètres. Elle n’a pas de cerveau, de système nerveux, pourtant cette chose vivante est capable d’apprendre. Vous l’avez surement croisé lors de vos ballades en forêt sans savoir ce que c’était vraiment. Cet organisme unicellulaire résiste à toutes les classifications biologiques, intelligent, doté d’une mémoire interne, il capable en effet de résoudre les problèmes qui se posent à lui malgré l’absence de cerveau.

Une loupe

Au delà de ces caractéristiques étonnantes, l’étude du blob pourrait se révéler être très précieuse pour la recherche médicale

Cette cellule est quasiment immortelle, elle se nettoie de toute sa toxicité, ce qui la rend presque invincible. Son réseau veineux très optimisé obéit aux même lois que le réseau veineux des tumeurs, ce qui intéresse fortement les scientifiques. Les blobs choisissent leur régime alimentaire en fonction de leurs besoins, ils peuvent ainsi déterminer la proportion de protéines, de sucre qu’il est nécessaire à leur survie. Des études ont démontré ce processus très intelligent. Les blobs sont capables d’apprendre mais plus surprenant encore, ils peuvent communiquer les informations à d’autres. Cette masse reste une énigme qui pourrait bien dans quelques années donner des réponses précieuses sur leur capacité, leur qualité.

Le blob vit dans la forêt à l’abri des rayons du soleil, il défit les lois de la biologie. Les expériences menées jusqu’à ce jour restent rares, il ne peut être assimilé à un être vivant connu

Le blob serait une créature qui existait avant l’apparition des animaux, des végétaux, il a la capacité d’apprendre, de mémoriser des informations. Il possède aussi un temps de cicatrisation record, environ moins de deux minutes. Cela lui donne la possibilité de survivre même s’il est coupé en plusieurs morceaux, il ne craint ni l’eau, ni le feu. La chercheuse Audrey Dussutour du CNRS est spécialiste, elle a consacré à cette mousse spectaculaire un livre. Cet organisme n’a ni bouche, ni estomac, ni yeux mais il trouve sa nourriture tout à fait aisément. Il digère, s’accouple mais il n’est pas assimilé aux animaux, aux plantes. Cette forme de vie est peu attrayante, son visuel est en effet peu engageant au point que certains la qualifie de vomi de chien. Au final, cette forme de vie pourrait bien un jour prochain faire avancer la recherche médicale, à suivre.

Une loupe, Pixabay – coyot

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

La chirurgie

13 kg de matières fécales : une constipation chronique très surprenante pour ce Chinois

A la première lecture, on pourrait supposer une boutade mais en réalité, ce patient souffrait …

Réagissez !