Accueil / Insolite / Etude : les petits français cessent de croire au Père Noël à 6 ans et 8 mois

Etude : les petits français cessent de croire au Père Noël à 6 ans et 8 mois

Noël est toujours un moment magique pour les enfants et une parenthèse féérique pour petits et grands. Ne sous-estimons pas cependant l’esprit lucide de nos bambins pour lesquels le Père Noël se révèle être un mythe qui s’écroule à un âge moyen de 6 ans et 8 mois (découverte de ce joli mensonge émanant de l’autorité parentale) en France. C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude internationale HMA !, un service Internet américain, relayée par le Parisien.

Les raisons de la croyance éteinte du Père Noël au Cours Préparatoire

Tout se jouerait donc au CP. Le Père Noël cesserait d’être alors un leurre mirifique mais pour quelles raisons ? On peut distinguer trois raisons majeures de ce bannissement du bonhomme rouge et barbu de l’imaginaire infantile : Dans 10% des cas, Internet serait à l’origine de cette démystification. Leur curiosité affûtée par l’apprentissage de l’écriture et de la lecture, les vifs petits génies utiliseraient les moteurs de recherche en pianotant sur le clavier grosso modo les termes suivants : « Père Noël existe » ou « Père Noël vrai ». Le deuxième motif est que malgré la précaution parentale pour cacher au mieux les cadeaux, parfois commandés trop à l’avance, les enfants les dénicheraient et seraient confrontés à la réalité. Enfin, ce serait par le truchement d’autrui (fratrie, camarades de classe) que le Père Noël s’éclipserait définitivement.

Une magie préservée et un âge de découverte variant suivants les pays

Même si le Père Noël n’est plus ancré dans leur esprit à l’imagination pourtant foisonnante, toute la magie inhérente aux fêtes de fin d’année, surtout le traditionnel cérémonial du 25 décembre au matin, avec la découverte assortie d’un émerveillement intact devant les cadeaux à déballer, demeure d’actualité chez les enfants. Notons, à la lueur de l’étude, qu’en l’espace d’une génération, le Père Noël est démasqué plus tôt en France (6 ans et 8 mois au lieu de 7 ans et demi). L’âge moyen de la découverte du pot aux roses varie suivant les pays englobés dans l’étude. les Américains cesseraient d’y croire à l’âge de 7 ans et 2 mois. Les Australiens ne seraient plus dupes à 7 ans et demi. C’est l’Allemagne qui détient la palme de la précocité  : 6 ans et demi en moyenne. Mais, Noël demeure toujours une période scintillante.

Père Noël, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

L’haleine d’un patient est essentielle pour diagnostiquer les maladies

Cela fait déjà plusieurs années que les scientifiques savent qu’il est tout à fait possible …

Réagissez !