Accueil / Insolite / Une molécule dans les champignons hallucinogènes efficace contre la dépression

Une molécule dans les champignons hallucinogènes efficace contre la dépression

Tous les patients atteints de cette maladie ont à leur disposition de nombreux traitements médicaux plus ou moins efficaces mais la psilocybine contenue dans les champignons hallucinogènes pourrait bien trouver sa place dans l’arsenal thérapeutique actuel.

L’intérêt de la psilocybine des champignons hallucinogènes

Des précédentes études de 2008 avaient déjà mis en évidence les vertus de cette molécule sur l’état psychique, les chercheurs ont décidé d’approfondir les choses et de mieux comprendre les effets qu’elle peut avoir sur l’être humain et selon les derniers résultats, elle serait efficace contre les dépressions sévères. Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue médicale The Lancet.

Les champignons hallucinogènes, on les retrouve dans diverses cultures, dans des peintures datant de 7000 av. J.-C. et dans certaines présentations mayas de 500 av. J.-C. Les effets psychoactifs de ces champignons ont été découverts en 1955, la psilocybine a été mise en évidence en 1958 par Albert Hofmann un chimiste suisse. La jeunesse européenne s’est emparée de ces champignons au début des années 2000. En France, ils sont inscrits sur la liste des stupéfiants depuis 1990, la détention, l’usage ainsi que le ramassage sont passibles de sanctions pénales.

La lutte contre la dépression et la peur de la mort

Les premiers effets sur l’organisme après l’ingestion se font sentir au bout d’environ trente minutes et plus de 24 heures après, on peut encore en ressentir les conséquences. Les recherches actuelles se penchent sur la molécule, la psilocybine et son potentiel contre les troubles obsessionnels du comportement, l’algie vasculaire faciale et le traitement de l’anxiété, la dépression. Elle permet en effet de diminuer la peur de la mort pour les patients déprimés en phase terminale d’un cancer.

Comme tous les produits psychédéliques quand ils sont utilisés volontairement pour obtenir des sensations agréables peuvent parfois se transformer en mauvais trip. D’après un rapport publié en Mars 2006, le trafic de champignons hallucinogènes reste marginal et local.

Vers l’intégration de cette molécule dans des traitements

L’étude qui a été réalisée et publiée ce mercredi a été menée sur un petit groupe de volontaires atteints d’une dépression sévère, tous ont reçu de la psilocybine durant deux jours puis les personnes ont été suivies plus de trois mois, les patients ont ressenti une amélioration de leur état dépressif alors que les traitements qui leurs étaient prescrits auparavant n’avaient que très peu d’effet positif sur la maladie.

Au bout de trois mois, cinq personnes ont même été considérées comme étant en rémission. D’autres études vont être réalisées afin de persévérer sur ces premiers résultats encourageants afin d’inclure cette molécule dans de futurs traitements contre les dépressions sévères.

Des champignons, Wikipédia

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

L’haleine d’un patient est essentielle pour diagnostiquer les maladies

Cela fait déjà plusieurs années que les scientifiques savent qu’il est tout à fait possible …

Réagissez !