Accueil / Insolite / Obésité et l’amour : l’ocytocine serait le remède miracle

Obésité et l’amour : l’ocytocine serait le remède miracle

Contre l’obésité, l’amour représenté par une hormone, l’ocytocine aurait un réel impact. Cela permettrait de combattre ce problème de santé.

Obésité
Obésité

Des traitements pour combattre l’obésité sont très nombreux, mais cette découverte pourrait être séduisante. L’hormone est secrétée durant l’allaitement et participe à la création des liens très forts qui existent entre la mère et le bébé, elle est aussi présente lors des rapports sexuels et elle est responsable des contractions lors de l’accouchement. Une étude a été faite chez 25 hommes en surpoids et parfois obèses, 13 d’entre eux avaient un poids dit « normal », des chercheurs ont séparé ces volontaires en deux groupes : l’un testait l’hormone l’ocytocine et l’autre un placebo. Tous les participants de ce test ignoraient ce qu’ils testaient, le premier groupe se pulvérisait le spray d’ocytocine une fois dans chaque narine puis bien plus tard, ils prenaient un copieux petit déjeuner.

 

Les résultats surprenants pour combattre l’obésité

Le constat fut étonnant, l’hormone de synthèse avait fait baissé de 122 les calories ingérées et de 9 grammes l’apport en graisse par rapport à l’autre groupe qui avait pris le placebo, les chercheurs en ont déduit que cette hormone favorisait la combustion des graisses et elle produisait de l’énergie. Selon cette découverte les résultats sont encourageants, ceci n’est qu’un début et d’autres études devront être approfondies pour mieux comprendre le fonctionnement de cette hormone du plaisir sur les dérèglements métaboliques et sur l’obésité.

 

Contre l’obésité, l’hormone de l’amour serait une piste encourageante

Des recherches vont également être faites sur des femmes, car l’ocytocine est une hormone avec des effets spécifiques selon le sexe, en 2015 ce spray est autorisé seulement en Europe. On avait déjà pratiqué ces tests sur des animaux, ils avaient été très concluants, l’hormone avait régulé l’appétit de ces cobayes. La chercheuse Élisabeth Lawson présentera ses résultats le 9 mars lors du congrès annuel de l’endocrine à San-Diego. Perdre du poids en se faisant plaisir n’est-il pas la une bonne raison de se mettre au régime.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

L’haleine d’un patient est essentielle pour diagnostiquer les maladies

Cela fait déjà plusieurs années que les scientifiques savent qu’il est tout à fait possible …

Réagissez !