Accueil / Médicaments / Aspirine : une nouvelle vertu dévoilée par une étude britannique assez surprenante

Aspirine : une nouvelle vertu dévoilée par une étude britannique assez surprenante

L’aspirine pourrait avoir des vertus préventives contre de très nombreuses maladies, cancers, infarctus, accident lors de la grossesse. Peut-on avancer que ce médicament très ancien est en fait une molécule miraculeuse ? Depuis plus d’une vingtaine d’années, plusieurs études ont été observées, elles ont démontré les effets impressionnants de l’aspirine. Par ses pouvoirs sur les vaisseaux, ce médicament diminue également le risque de complications chez la femme enceinte ayant une hypertension artérielle durant la grossesse.

Des médicaments

L’aspirine, son histoire a plus de 40.000 ans, c’est le plus vieux médicament du monde. Aujourd’hui encore, on lui trouve de nouvelles vertus bienfaitrices

Le parcours de l’aspirine remonte très loin, il y a plusieurs millénaires, les Sumériens utilisaient les feuilles de saule comme anti douleur. En 1825, M. Fontana, un pharmacien Italien isole le principe actif du saule blanc, le nomme Salicine. L’aspirine sera commercialisée en France en 1908 par la société chimique des usines du Rhône. Aujourd’hui, on en synthétise plus de 10.000 tonnes chaque année. Ce médicament a même accompagné les astronautes sur la lune en 1969. L’intérêt de la prise d’aspirine doit être décidé cas par cas en fonction des risques de chacun. Tout traitement préventif systématique n’est pas recommandé.

L’aspirine réduirait la fréquence de l’éclampsie, une maladie grave associée à l’hypertension artérielle, au risque de mort fœtal

L’aspirine peut également prévenir les fausses couches tardives chez les femmes ayant des antécédents d’avortements à répétition. Les femmes qui auraient ce genre de problème pourraient grâce à une prise quotidienne modérée d’aspirine réduire les risques de plus de 60%. Rappelons tout de même que cette pathologie touche plus de 40.000 femmes chaque année en France. Afin de vérifier la prévention de ce traitement, plus de 1800 femmes ont été choisies à travers le monde, en Israël. La moitié a reçu 150 mg d’aspirine tout au long de leur grossesse, les autres ont pris un placebo. Le nombre de naissances prématurées a diminué de manière significative pour le groupe sous aspirine. Les doses supérieures à 500 mg sont formellement contre indiquée à partir du 6e mois de grossesse. Cette nouvelle étude britannique est l’espoir de nombreuses femmes concernées par cette pathologie, la pré-éclampsie.

Des médicaments, Pixabay – chezbeate

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Médicaments

Gaspillage de médicaments : une plateforme collaborative pour leur offrir une 2e vie

Les Français se sentent de plus en plus concernés par le gaspillage, les médicaments font …

Réagissez !