Accueil / Médicaments / Pour l’hyperactivité, la Ritaline mise en cause par plusieurs détracteurs

Pour l’hyperactivité, la Ritaline mise en cause par plusieurs détracteurs

Ce médicament qui est administré aux enfants atteints d’hyperactivité avec ou non un trouble de l’attention est largement prescrit actuellement et surtout aux États-Unis. Cette molécule est sur le marché sous plusieurs noms, mais le plus connu reste la Ritaline, classé parmi les stupéfiants, il est considéré par bon nombre de personnes comme la « camisole chimique ». Des effets indésirables seraient associés à ces prescriptions et c’est ce que veut mettre en avant cette nouvelle étude qui est parue ce vendredi et qui a été menée par l’US Army Institute of Surgical Research.

Pour traiter l’hyperactivité, la Ritaline ne serait pas la meilleure solution

Cette enquête montre que les enfants soignés avec ce médicament auraient une densité minérale osseuse plus faible dans le fémur, le col du fémur et la colonne vertébrale. Des travaux ont été menés auprès de 5315 jeunes et 25% d’entre eux montraient une densité osseuse inférieure à la normale et cela pourrait avoir des conséquences plus ou moins graves à l’âge adulte sur la santé des os. Les scientifiques appellent à une prudence de prescriptions et à la surveillance de la santé des os chez les enfants traités par cette molécule, le site Santé Log met en évidence que plus de 3,5 millions d’enfants et d’adolescents seraient soignés par ces médicaments et pour ce qui est de la prescription en France, l’augmentation est également importante, le nombre de boites vendues est passé de 26.000 à 494.000 de 1996 à 2012 et selon le Parisien, entre mars 2008 et mars 2013, les ventes auraient connu une hausse de plus de 70%.

La Ritaline est un médicament psychostimulant

La molécule stimule certaines régions du cerveau et elle améliore la concentration, diminue l’impulsivité et l’agitation. Le principal actif de la Ritaline est apparenté aux amphétamines et le mode d’action peut varier selon les sujets, ce traitement est loin d’être anodin, dans un rapport publié en 2013 par l’agence du médicament française ANSM se veut rassurante sur le sujet tout en précisant qu’il est tout de même nécessaire de continuer une surveillance très soutenue sur l’usage de cette molécule. Peut-on comparer ce médicament à une drogue ? La réponse n’est pas facile, car en France, le mot drogue est associé à dépendance et à toxique à plus ou moins long terme et pour la Ritaline, ces termes ne conviendraient pas et si l’on se pose la question sur l’éventuel pouvoir de favoriser l’usage ultérieur d’autres drogues chez les adolescents traités avec ce genre de médicaments, aucune preuve ne vient étayer cette peur.  ==

Enfant, Pixabay – ThePixelman

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Médicaments

Les traitements de la maladie de Crohn pourraient augmenter le risque de lymphome

La maladie de Crohn est en progression ces dernières décennies. En France, plus de 120.000 …

Un seul commentaire

  1. Hélas la rationalité ne guide pas toujours nos responsables médicaux ! Dans les années 60, le psychiatre Leon Eisenberg avait prétendu « découvrir » le « trouble du déficit de l‘attention avec hyperactivité » (TDAH) et l’avait fait ajouter au DSM en affirmant que le TDAH avait une origine génétique, rendant ainsi le traitement médicamenteux moins discutable. En 2009, seulement 7 mois avant de mourir, il a avoué dans un interview donné à ’’Der Spiegel’’ qu’en réalité, « le TDAH est l’exemple révélateur d’une maladie fabriquée de toute pièce ».   Le méthylphénidate, substance active de base dans la ritaline, le concerta, le quasym, a les effets indésirables suivants : «  nervosité et insomnie; troubles du système nerveux, somnolence, vertiges, dyskinésie ; troubles du système cardiovasculaire, palpitation…hyperactivité, convulsions, tics, dépression transitoire de l’humeur … »

Réagissez !