Accueil / Médicaments / Médicaments codéinés : une lutte massive contre un usage récréatif

Médicaments codéinés : une lutte massive contre un usage récréatif

Les médicaments à base de codéine sont souvent détournés par les plus jeunes à cause des nouvelles sensations recherchées qui sont malheureusement dangereuses. Ces médicaments sont en vente libre dans toutes les pharmacies, ils s’utilisent pour soulager la douleur légère à modérée. La codéine est également préconisée pour contrôler la toux lorsque les antitussifs ne fonctionnent pas. Ce médicament peut créer une accoutumance s’il est pris durant une période trop longue. Lorsque le sevrage intervient soudainement, des symptômes comme de l’anxiété, des sueurs, des troubles du sommeil, des nausées, des tremblements, des hallucinations peuvent se manifester.

Médicaments

La codéine serait-elle devenue la nouvelle drogue des adolescents ? Un phénomène plutôt inquiétant

De plus en plus d’adolescents en quête de sensations fortes se préparent des cocktails avec des effets secondaires qui peuvent se révéler être particulièrement dangereux. Cette nouvelle drogue, c’est le Codoliprane, le Klipal, vendue en pharmacie 2 à 3 euros la boîte sans ordonnance. En France, en 2013 a surgit le purple drank élaboré à base de sirop à la codéine pour la toux, d’un soda le plus souvent du Sprite. Cette boisson a été popularisée par les rappeurs du sud des Etats-Unis. De plus en plus de jeunes ramènent ce sirop lors de soirées pour fabriquer leur petit mélange sans penser que les effets secondaires peuvent être graves surtout lorsque la codéine est mélangée à l’alcool, un risque d’overdose est à craindre. Délivrés sans ordonnance, ces médicaments, ces sirops peuvent causer de réels ravages, deux décès ont déjà été signalés.

Au bout de quelques mois d’usage régulier, la dépendance s’installe à l’insu de son consommateur. Selon l’agence nationale de sécurité du médicament, plusieurs intoxications ont été signalées

La codéine est un opiacé, une substance dérivée de l’opium, il fait parti de la même famille que la morphine tout en étant moins puissant. Les adolescents ont trouvé une nouvelle façon de planer avec peu de moyen, en toute légalité, pour quelques euros, ils se procurent des sirops antitussifs, des comprimés, ils mettent leur vie en danger. Selon le Parisien, la pratique est tellement devenue banale que les pharmaciens refusent de vendre de plus en plus les médicaments à base de codéine lorsque les clients sont des jeunes. Les demandes les plus fortes se situent en fin de semaine à l’approche des soirées. Interdire la vente de ces médicaments est pratiquement impossible. La directrice de l’ANSM rappelle que ces traitements contre la douleur, on ne peut pas en priver les vrais malades. Une solution doit être mise en place afin de trouver un juste équilibre. La mère d’une victime âgée de 16 ans, décédée en mai dernier a lancé une pétition afin que la vente des médicaments à base de codéine soit interdite, elle demande au nouveau ministre de la santé de prendre des dispositions.

Médicaments, Pixabay – dertrick

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Médicaments

Gaspillage de médicaments : une plateforme collaborative pour leur offrir une 2e vie

Les Français se sentent de plus en plus concernés par le gaspillage, les médicaments font …

Réagissez !