LOADING

Type to search

Tags:

Birmanie – Un voyage délicat pour le Pape François

3 semaines ago
Share

Le pape François doit arriver lundi en Birmanie, pour un voyage particulièrement délicat dans ce pays majoritairement bouddhiste, accusé récemment d' »épuration ethnique » des musulmans rohingyas vivant dans l’ouest. Pour son 21e voyage, le pape se rendra également au Bangladesh, autre pays asiatique marqué par de fortes tensions religieuses et sous les projecteurs avec l’exode forcé des Rohingyas.

Environ 620.000 d’entre eux ont fui depuis fin août leurs villages de l’Etat Rakhine (ouest de la Birmanie) pour échapper à une campagne de répression de l’armée, qualifiée d' »épuration ethnique » par les Nations unies. L’avion transportant le souverain pontife âgé de 80 ans a décollé à 22H10 (21H10 GMT) de Rome et doit atterrir lundi vers 13H30 (7H30 GMT) à Rangoun, la capitale économique de la Birmanie.

« Alors que je me prépare à visiter le Myanmar et le Bangladesh, je désire exprimer à leurs peuples, salutation et amitié. Je suis impatient de vous rencontrer ! », a déclaré sur Twitter le souverain pontife, utilisant l’autre nom de la Birmanie. En plus de l’immense messe dans un stade de Rangoun, le pape François va multiplier les rencontres officielles durant lesquelles la crise des Rohingyas devrait être évoquée. Il doit ainsi s’entretenir avec le chef de l’armée, Min Aung Hlaing, qui est accusé par les organisations de défense des droits de l’Homme d’être le principal responsable de la campagne de répression.

La semaine dernière, la Birmanie et le Bangladesh ont annoncé un accord sur un retour des réfugiés rohingyas, mais le chef de l’armée s’est déjà dit opposé à leur retour en masse. Le pape François rencontrera également la dirigeante birmane et prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, dont l’aura internationale a été fortement ternie par son manque d’empathie affiché pour les Rohingyas.

L’opinion birmane, portée par une nationalisme bouddhiste et largement antimusulmane, est chauffée à blanc par les remises en cause de la communauté internationale sur la façon dont le gouvernement gère ce conflit. « Je vous demande de m’accompagner par la prière, afin que ma présence soit pour ces populations un signe de proximité et d’espérance », a déclaré le pape dimanche devant 30.000 fidèles réunis place Saint-Pierre pour la prière de l’angélus. « La grande majorité des gens au Myanmar ne croient pas au récit international des abus contre les Rohingyas et à un exode en grand nombre de réfugiés au Bangladesh », explique Richard Horsey, analyste indépendant basé en Birmanie. « Si le pape venait à évoquer de façon appuyée le sujet, cela attiserait les tensions », ajoute-t-il. Evitera-t-il dans ce contexte de prononcer le mot « Rohingya », tabou en Birmanie, comme le lui recommande l’Eglise locale, affolée à l’idée qu’il puisse attiser la colère d’extrémistes bouddhistes ?

Les quelque 700.000 catholiques de Birmanie – un peu plus de 1% des 51 millions d’habitants du pays – espèrent beaucoup de la visite papale. Arrivé en train à Rangoun depuis l’Etat Kachin après un long trajet, Hla Rein, qui assistera notamment à la grande messe de mercredi, attend beaucoup de cette visite. « Il y a une guerre civile dans notre Etat », explique-t-il à l’AFP, faisant référence à un conflit ethnique entre les rebelles Kachin et les forces gouvernementales. « Nous croyons que le pape apportera la paix avec lui dans notre pays », ajoute-t-il. François est le premier pape à se rendre en Birmanie, où quelque 200.000 personnes sont attendues à la messe en plein air prévue à Rangoun, temps fort pour la toute petite minorité catholique.

François accorde une grande importance au développement en Asie du catholicisme, qui ne rassemble que 3% de la population mais connaît une belle croissance (+9% entre 2010 et 2015). Il s’est déjà rendu en Corée du Sud, au Sri Lanka et aux Philippines. Et le Vatican, qui vient de nouer des relations diplomatiques avec la Birmanie, négocie aussi à petits pas un rapprochement avec le Vietnam et la Chine, deux Etats communistes.

Source AFP

Pape François, Pixabay
Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *