Dieudonné libéré, mais poursuivi par la justice française

Dieudonné a été relâché après une garde à vue. L’humoriste est poursuivi par la justice française pour apologie du terrorisme.

Dieudonné
Dieudonné

L’humoriste Dieudonné avec sa phrase « Charlie Coulibaly » a de nouveau suscité l’intérêt de la justice. Il sera prochainement jugé en correctionnelle pour « apologie de terrorisme » après avoir écrit sur Facebook ces mots très équivoques. Dès lundi, Dieudonné a été appréhendé et placé en garde à vue. Sur sa page Facebook, on a pu voir des photos de policiers venant le chercher pour l’interpeller. Il avait été convoqué par les forces de l’ordre, mais il ne s’était pas rendu lui-même au poste de police.

La réaction de Dieudonné le conduit au poste de police

Ils sont donc venus chercher Dieudonné chez lui à Mesnil-Simon en Eure-et-Loir. Son avocat a déclaré que « les policiers étaient très impatients, ils sont venus le chercher à son domicile à 7 heures du matin ». Un autre de ces avocats a précisé pour sa part : « nous sommes dans le pays de la liberté d’expression ? Ce matin, le gouvernement vient d’en fournir la démonstration ». La phrase de l’humoriste a été diffusée alors que des millions de personnes se rendaient aux différents hommages des 17 victimes de l’attentat. Dieudonné a assuré avoir participé à la marche de soutien de dimanche, mais il a déclaré en tournant tout cela en dérision « l’instant magique égal au Big Bang qui créa l’univers ».

Dieudonné relâché, mais poursuivi pour apologie du terrorisme

Dieudonné a donc créé à la polémique avec « Charlie Coulibaly » en référence aux décès des participants à Charlie Hebdo et aux 4 hommes juifs tués vendredi à Paris par Amedy Coulibaly. L’humoriste a l’impression d’être l’ennemi public numéro 1 et on le traite de terroriste, c’est pour cette raison qu’il aurait accolé les deux noms. Sur Facebook, ces fans dénoncent « la liberté d’expression sélective ». En parallèle, 50 procédures ont été ouvertes pour « apologie de terrorisme » et « menaces terroristes » depuis l’attentat qui a visé Charlie Hebdo.

Plusieurs condamnations en France

Les premières condamnations sont déjà tombées, un homme de 34 ans a été condamné à 4 ans de prison ferme à Valenciennes pour avoir fait l’apologie des frères Kouachi. Un homme de 21 ans a été condamné pour sa part à 10 mois de prison ferme pour avoir cité dans le tramway de Toulouse sa solidarité avec les djihadistes. La justice semble être déterminée et intransigeante avec toute cette affaire.

Partagez notre article !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur skype
Skype
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Continuez la lecture !