Accueil / Politique / Gaspillage alimentaire : Ségolène Royal très sensible s’attaque au problème

Gaspillage alimentaire : Ségolène Royal très sensible s’attaque au problème

Ségolène Royal est très sensibilisée au problème du gaspillage alimentaire. La ministre de l’Écologie part en guerre contre les déchets inutiles, les particuliers sont visés, ils gâcheraient six fois plus de nourriture que la grande distribution. Nombreuses sont celles qui désormais font appel à des associations caritatives pour venir récupérer des aliments dont la date approche celle de la non-commercialisation. Faire changer le comportement des Français est le but de Ségolène Royal.

Ségolène Royal
Ségolène Royal / Crédit Photo : Wikimédia – Mikani

Un rapport a été remis au mois d’avril dernier à la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal et au ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll. Les résultats ne sont pas tellement glorieux pour notre pays, plus de 7 millions de tonnes de déchets sont gaspillées chaque année, soit 20 à 30 kilos par habitant, la perte d’argent est également à prendre en compte, cela représente une somme conséquente, plus de 400 euros de déficit en seulement une année pour une famille.

Ségolène Royal interpellée sur le gaspillage alimentaire qui prend de l’ampleur

La lutte contre le gaspillage est un problème qui concerne tout le monde, chaque foyer devrait prendre en considération ce fait, tous les Français pourraient revoir la façon de se nourrir pour éviter de jeter tout et n’importe quoi. Que faudrait-il faire pour convaincre chaque foyer des responsabilités vis-à-vis du gaspillage alimentaire ? Guillaume Garot qui a remis le rapport à la ministre de l’Écologie estime que des campagnes de sensibilisation devraient être réalisées comme celles diffusées pour la prévention routière selon TF1.

Un gaspillage alimentaire qui pourrait être réduit en France

Les dates de péremption sont aussi à prendre en compte, elles sont pour l’instant  assez incompréhensibles pour la plupart des consommateurs, les produits laitiers sont jetés alors qu’ils sont encore parfaitement consommables, les dates qui figurent sur les opercules des yaourts sont faussées, ils sont de bonne qualité souvent deux semaines après la date indiquée et cela est valable pour les yaourts natures, aux fruits. La consommation de ces produits ne représente aucun risque pour la santé.

Il faut apprendre également à ne pas acheter plus que ce que l’on mange, éviter les promotions qui incitent à de gros volumes et qui finissent bien souvent à la poubelle, recycler les restes, apprendre à les cuisiner d’une autre façon, redonner une seconde chance à un aliment du frigo que l’on aurait jeté, tout cela peut faire diminuer les déchets et augmenter le pouvoir d’achat, des gestes intéressants en ces périodes difficiles.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Carte vitale

Remboursements : les Français ne jouissent pas d’une situation appréciable

Les contrats responsables dévoilés au début de l’année 2016 devaient normalement assurer aux employés un …

Réagissez !