Accueil / Politique / Les policiers contre la justice, Manuel Valls entend leur mécontentement

Les policiers contre la justice, Manuel Valls entend leur mécontentement

Les policiers en France n’avaient jamais manifesté ces trois dernières années. C’est donc le ras-le-bol qui les a poussés à descendre dans la rue pour transmettre leur mécontentement contre la justice. Manuel Valls a réagi à leur mouvement.

Police
Police / Crédit Photo : Wikimédia – Krokodyl

Les policiers travaillent parfois pendant de longues années sur une affaire et lorsque la fin approche, c’est un degré de satisfaction qui est au rendez-vous. Toutefois, lorsque la justice prend le relais, c’est une touche d’amertume qui vient entacher cet enthousiasme. Ils ont donc décidé de descendre dans les rues de France pour témoigner leur mécontentement sur le système judiciaire qui n’est pas en adéquation avec leur travail.

Manuel Valls répond aux policiers avec une série de mesures

Généralement, les malfaiteurs arrêtés réussissent à trouver le chemin de la sortie, mais pour le trafic d’armes lourdes, les peines seront désormais plus importantes comme l’a mentionné Manuel Valls. Ce dernier a l’intention de présenter un projet de loi devant le Conseil des ministres et il rassemblera une suite de mesures qui concerneront par exemple l’allègement de la garde à vue. Le travail des policiers d’aujourd’hui a bien changé, car désormais, ils sont confrontés à des Hommes qui sont lourdement armés et la violence est en hausse. Dans les grandes villes comme Paris, Marseille et Lyon, les policiers solidaires ont manifesté.

La dépression des policiers face à une justice en carton

Leur colère est présente depuis de nombreux mois dans certains commissariats, mais le fait divers du 5 octobre dernier a été la goutte qui a fait déborder le vase. Un malfaiteur qui était en cavale a réussi à blesser l’un des policiers. Par conséquent, Manuel Valls a décidé de revoir le concept des permissions de sortie. Si ces dernières ne mettent pas en avant une réelle nécessité, elles ne devraient pas être permises. Pourtant, au début de l’année, les forces de l’ordre étaient glorifiées notamment par le gouvernement après les attentats. Quelques mois plus tard, le retour à la normale a été observé et la dépression des policiers n’est pas entendue face à cette « justice en carton ».

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Pesticides

Plus de 90% de la population est contaminé par les pesticides

De nombreuses polémiques voient le jour en ce qui concerne les perturbateurs endocriniens et leurs …

Réagissez !