LOADING

Type to search

Vente du groupe Alstom : Hollande intervient, Montebourg s’énerve

4 années ago
Share

La vente du groupe Alstom à Siemens ou General Electric fait couler beaucoup d’encre. François Hollande et Arnaud Montebourg interviennent.

[media-credit name= »AlexNL » align= »alignnone » width= »450"]Alstom[/[/media-credit]stom se retrouve au cœur de l’actualité avec une vente qui a agacé Arnaud Montebourg. En effet, deux groupes sont intéressés par le rachat à savoir Siemens et General Motors, mais leurs projets ne sont pas identiques. Le premier voudrait mettre l’accent selon BFMBusiness sur les trains et les énergies alors que le second voudrait développer des activités nucléaires. Siemens obtient ainsi le soutien d’Arnaud Montebourg qui n’apprécie pas vraiment ce « fait accompli ». Le ministre du redressement précise que le comportement de General Electric est « inacceptable » et une lettre a été envoyée au groupe. L’acquisition d’Alstom par GE fait donc couler beaucoup d’encre et François Hollande a décidé d’intervenir.

Alstom est un dossier houleux

Il faut noter que l’État n’est plus actionnaire depuis 2006, mais le dossier Alstom prend une tournure politique. Arnaud Montebourg estime que l’intervention est nécessaire, car le groupe emploie près de 18 000 personnes en France. Avec un tel rachat par General Electric la France a peur que des départs soient réalisés. Sur RTL, Arnaud Montebourg a donc précisé que le gouvernement allait « défendre les intérêts de la France, ses intérêts industriels, ceux de ses salariés et sa souveraineté ».

Discussion avec François Hollande

Avec l’offre de General Electric, Montebourg précise qu’une grande partie des salariés français seront dirigés depuis le Connecticut. Le groupe allemand a toutefois précisé qu’il s’engageait à garder l’intégralité des emplois. Dans ce cas de figure, François Hollande est intervenu dès ce lundi matin puisque le Président de la République a reçu le patron de General Electric et il devrait également discuter avec Siemens et Bouygues qui détient 29 % du capital. Le patron de GE a précisé que le dialogue était « ouvert, amical et constructif ». De son côté, le chef de l’État a souhaité insister sur « l’emploi, la localisation des activités et l’indépendance énergétique de la France » selon le Parisien.

Qu’en pensez-vous ? General Electric devrait-il acquérir Alstom ?

La lettre d’Arnaud Montebourg

Lettre Montebourg

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *