Accueil / Sexualité / La circoncision n’est pas néfaste pour le plaisir sexuel

La circoncision n’est pas néfaste pour le plaisir sexuel

Plusieurs hypothèses ont démontré dans le passé que la circoncision pouvait affecter le plaisir sexuel, car l’ablation du prépuce favoriserait l’apparition des couches superficielles de la peau et elles auraient tendance à s’épaissir progressivement ce qui aurait au fil du temps altérer le plaisir masculin.

La circoncision au centre d’une enquête américaine

Mais une nouvelle étude américaine viendrait démontrer preuve à l’appui que la sensibilité du pénis ne serait pas altérée par la circoncision, donc le plaisir serait identique. Une étude scientifique s’est penchée sur le sujet, les chercheurs en charge de cette étude ont voulu répondre à deux questions très importantes. Le gland des hommes circoncis est-il moins sensible que celui des autres hommes ? Le prépuce fortement innervé est-il plus sensible que les autres régions du pénis ?

L’organisation de l’expérience chez les hommes circoncis

Les chercheurs ont mis en place une expérience sur plusieurs participants, 62 hommes âgés de 18 à 37 ans, 30 volontaires étaient circoncis et les 32 autres n’avaient pas subi cette modification. Des tests de détections de quatre stimulis ont été réalisés sur plusieurs parties du pénis, au niveau du gland, de celle de la ligne médiane, à proximité de celle-ci et sur le prépuce (détection de la douleur, du toucher, à la chaleur, au seuil de la douleur thermique ). Les mêmes tests ont été effectués sur l’avant-bras de chaque participant comme de test de contrôle.

La circoncision aurait même un avantage médical

Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue Journal of Neurology. Selon l’Organisation mondiale de la Santé en 2009, plus de 661 millions d’hommes de plus de 15 ans seraient circoncis soit 30% de la population mondiale. La circoncision est pratiquée pour des raisons religieuses, culturelles et, si elle n’a pas d’effet sur le plaisir masculin, certains chercheurs mettent en avant son utilité préventive dans le développement du cancer de la prostate, la diminution d’infections sexuellement transmissibles serait démontrée.

Selon les scientifiques de cette dernière étude, ce petit bout de peau en moins ne réduirait en rien le plaisir masculin, la circoncision altérerait pas la sensibilité du pénis. Les questionnaires de tous les participants de cette enquête ont relayé les mêmes informations.

Sexe, Pixabay – stokpic

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Le monde de la médecine

La gonorrhée plus vulgairement appelée la « chaude pisse » est l’une des MST les plus répandues, elle est aussi très difficile à traiter

Cette maladie est causée par une bactérie, elle est particulièrement sensible à la chaleur, à …

2 commentaires

  1. Je m’inscris en faux sur cette affirmation irresponsable d’une étude à l’évidence orientée par un lobby qui y a intérêt. J’ai du subir une circoncision en conséquence de mon diabète et par la suite j’ai bien pris conscience de la forte perte du niveau de plaisir. C’est aux cas semblables qu’il faut poser la question car on a connu l’Avant & l’Après et qu’il nous est facile de comparer en toute légitimité et toute conscience. Evidemment un garçon circoncis avant sa puberté lui ne pourra jamais s’en rendre compte ou « évaluer » sa perte de plaisir. Le prépuce est très riche en terminaisons nerveuses et a naturellement toute sa raison d’être. Bien sûr la suppression du prépuce ne gêne ni la fertilité, ni la virilité ni la procréation, mais diffuser et rediffuser des statistiques biaisées ou fausses afin d’affirmer que la circoncision empêche les MST ou le SIDA c’est vouloir augmenter la pompe à fric en faveur d’un lobby déjà servi par les traditions religieuses de communautés. Non, la circoncision ne protège aucunement du SIDA, c’est une fable ! Un tel article de presse veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes. La circoncision traditionnelle ou de mode, donc autre que pour raison médicale obligée, est une mutilation génitale appliquée à un jeune pour lui imposer son appartenance à un groupe humain (marquage), et symboliquement pour le différentier des animaux aux organes sexuels non remodelés, tout comme l’excision pour les filles. Tous cela remonte aux anciens temps de la civilisation pharaonique en Egypte, il serait plus que temps d’interdire la circoncision traditionnelle sur les mineurs. Une fois devenus majeurs ils seront libres de leur choix tout comme pour un tatouage, des piercings ou des scarifications.

  2. Il faut d’urgence faire la même étude sur l’excision … égalité des sexes et des conneries oblige ! Il fut un temps où les amygdales étaient « de trop », puis, ce fut « l’appendice », maintenant, « le prépuce », demain « le clitoris », après-demain « les grandes lèvres » ? « l’utérus » ? … Il faut bien que les médecins travaillent, n’est-ce pas Docteurs Freud, Cahuzac, Fryman, …. et feu Mengele !!! Quelquefois, la frontière entre la médecine et la croyance religieuse me semble bien mince … même si c’est « au nom de la science » of course !

Réagissez !