Accueil / Sexualité / Trop d’hygiène intime : attention au cancer des ovaires

Trop d’hygiène intime : attention au cancer des ovaires

Les femmes qui se veulent adeptes de la propreté à outrance prennent quelques risques envers leur santé. Cette déclaration peut paraître excessive lorsque l’on sait que l’hygiène est la base d’une bonne santé, mais la flore intestinale est fragile, elle peut être détruite si les douches s’enchaînent, les infections alors se multiplient. Les chercheurs du National Institute of Environnemental Health Sciences aux États-Unis ont étudié les données personnelles intimes de plus de 41.654 femmes âgées de 35 à 74 ans.

Se doucher

Attention à ne pas perturber la flore vaginale

Elle est normalement constituée de bactéries attractives, elle protège le vagin des germes pathogènes. Cette cohabitation est très fragile. L’hygiène intime ne consiste pas à nettoyer, mais à préserver l’équilibre naturel. Les traitements antibiotiques, les douches vaginales à répétition, la constipation chronique, le tabac, le stress, le diabète peuvent fragiliser la flore vaginale. Tout au long de la vie d’une femme, elle peut être perturbée dans de nombreuses occasions. Il faut garder à l’esprit que le vagin se nettoie tout seul, il ne devrait jamais être douché même avec de l’eau. Les savons doux au pH proche de 5 sont fortement recommandés, les produits antiseptiques, antibactériens sont à utiliser seulement en période d’infection uniquement sous les conseils d’un médecin voir d’une pharmacie.

Le risque de cancer est multiplié par 2

Cette nouvelle étude dont les résultats ont été publiés dans la revue Epidémology vient à nouveau rappeler aux femmes que trop d’hygiène intime ne serait en fait qu’une nuisance pour la santé. Une toilette régulière multiplie par deux le risque de développer un cancer des ovaires. Après une période de suivie de six ans sur les femmes volontaires à cette expérience, les chercheurs ont constaté plus de 154 cas de cancers des ovaires diagnostiqués en 2014. L’utilisation de certains savons, gels douche peuvent introduire des phtalates, du bisphénol A, du paraben dans le vagin, toutes ces substances dérèglent l’activité hormonale des femmes. À trop vouloir en faire, on se surprend à commettre des erreurs qui peuvent entraîner quelques soucis de santé plus ou moins graves. Propreté un grand oui, mais attention à ne pas devenir trop méticuleuse.

 

Se doucher, Pixabay – GregoryButler

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Le monde de la médecine

La gonorrhée plus vulgairement appelée la « chaude pisse » est l’une des MST les plus répandues, elle est aussi très difficile à traiter

Cette maladie est causée par une bactérie, elle est particulièrement sensible à la chaleur, à …

Réagissez !