Accueil / Sexualité / Le don de gamètes, un recours essentiel pour lequel il faut être en bonne santé

Le don de gamètes, un recours essentiel pour lequel il faut être en bonne santé

Le bonheur de devenir parents est sans aucun doute, une des meilleures choses qui peut arriver dans une vie, mais pour certaines personnes, c’est un parcours très difficile et plus de 3000 couples infertiles sont inscrits pour avoir recours à un don de gamètes.

Une augmentation du don d’ovocytes

Il faut souvent patienter entre 1 et 4 années pour avoir accès à l’assistance médicale à la procréation. Une nouvelle campagne de l’agence de la biomédecine a été lancée hier et cela devrait durer jusqu’au 5 juin prochain, le but, recruter plus de 300 donneurs de spermatozoïdes, près de 900 donneuses d’ovocytes. Au cours des cinq dernières années, le don d’ovocytes a augmenté de plus de 40% ce qui renforce l’espérance de l’agence.

En 2014, 245 donneurs et 501 donneuses ont permis la naissance de plus de 1326 bébés

Mais ce n’est qu’un début, car de nombreux couples sont encore sur la liste d’attente, pour palier à ce manque, le gouvernement a autorisé les hommes et les femmes sans enfants à donner. En contrepartie, ils pourront conserver une partie de leurs dons pour peut être en bénéficier s’ils venaient à être confronté à l’infertilité. Recruter n’est pas aussi simple que cela, près de la moitié renonce en cours de route, le slogan de cette nouvelle campagne « devenez donneur de bonheur ».

Les conditions à combler pour le don des gamètes

Toutes les personnes qui désormais deviendront donneurs ou donneuses seront prises en charge à 100% des actes médicaux pour une durée de six mois, mais également les frais non médicaux engagés pour le don seront couverts. Pour devenir donneur d’ovocytes, il faut remplir plusieurs conditions, être majeur et avoir moins de 37 ans, être en bonne santé, pratiquer toute une série d’examens, un entretien avec un psychologue, le don est gratuit et anonyme.

Quant aux donneurs de spermatozoïdes, les hommes doivent être âgés de 18 à 45 ans, être en bonne santé, et subir également toute une série d’analyses, pour le donneur, pas de rémunération, cela reste anonyme. Devenir donneur ou donneuse peut vite devenir un long parcours du combattant, mais le geste en vaut bien la chandelle, car de nombreux couples espèrent un jour être parents.

Spermatozoïdes, Pixabay – sciencefreak

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Pixabay - Paracétamol

Paracétamol pendant la grossesse : la libido future de l’enfant serait impactée

Le paracétamol est l’anti douleur le plus consommé en France. Il est aussi efficace contre …

Un seul commentaire

  1. « Le meilleur des mondes » est en marche ! Pauvres gosses …

Réagissez !