Accueil / Actualités / Arthrose du genou : faut-il envisager cette prothèse ?

Arthrose du genou : faut-il envisager cette prothèse ?

L’arthrose du genou touche de nombreuses personnes. Cela se traduit par une usure puis une destruction du cartilage dans différentes zones. C’est une maladie chronique qui est très handicapante au quotidien car comme celle de la hanche, elle touche de grosses articulations qui portent le poids du corps. Cette pathologie survient le plus souvent chez les personnes âgées sans cause évidente, des facteurs aggravants peuvent influencer son développement comme le surpoids. Le vieillissement normal du cartilage au cours de la vie ne peut pas provoquer d’arthrose à lui seul.

Genou

Quels sont les premiers symptômes liés à l’arthrose du genou ?

La douleur est le signe que l’articulation souffre, qu’elle est endommagée. Elle n’est pas continue, elle s’estompe lorsque le patient est au repos. Cette pathologie entraîne plusieurs désagréments, difficulté à se mouvoir, à marcher, à monter et à descendre les escaliers. Afin de diagnostiquer l’arthrose du genou, l’examen clinique consiste à évaluer la gène ressentie ainsi que la limitation de l’autonomie, repérer la mobilité du genou est également nécessaire. Une radio peut ensuite confirmer le diagnostic. Il n’existe aucun traitement capable de la guérir, seuls les médicaments permettent de soulager les douleurs, la rééducation peut aussi être une alternative. La pose d’une prothèse est envisagée lorsque la pathologie est très évoluée, que les traitements médicaux n’arrivent plus à soulager les douleurs constantes.

Les prothèses du genou permettent-elles de retrouver une vraie autonomie ?

Il existe plusieurs types de prothèses du genou. Selon les données de la société française de rhumatologie, l’arthrose touche plus de 9 à 10 millions de personnes en France. Une étude dont les résultats ont été publiés dans le British Médical Journal nous révèle que le nombre d’interventions visant à poser une prothèse du genou a doubler aux USA depuis les années 2000. Les prothèses ont une durée de vie limitée, 15 ans pour celle du genou. C’est pour cela qu’il faut bien réfléchir avant de songer à cette intervention. Si cette dernière est précoce, il faudra alors envisager le changement de prothèse. Après l’opération, l’idéal est de songer à un séjour de trois à cinq semaines dans un centre de rééducation. Au bout d’un mois, le patient pourra alors envisager de reprendre une activité physique à condition d’éviter celles de contact (foot, rugby…).

Genou, Pixabay – WolfBlur

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Consulter un médecin

Méningite C : un décès montre que cette infection peut être mortelle

En milieu de semaine, plus d’une quarantaine de personnes ont été prises en charge par …

Réagissez !