Accueil / Actualités / Cancer du poumon : un dépistage express avec les COV dans l’haleine

Cancer du poumon : un dépistage express avec les COV dans l’haleine

Le cancer du poumon et des maladies respiratoires pourraient identifiés rapidement en analysant les COV présent dans l’haleine.

Photo d'illustration pour le dépistage
[/media-credit] Photo d’illustration pour le dépistage
Le cancer du poumon pourrait être identifié très rapidement avec un simple ballon. La personne devrait ainsi souffler dans ce dernier et les particules présentes dans son haleine seraient étudiées par un capteur. Les COV (Composés Organiques Volatils) sont présents dans l’air expiré et les souffles ne sont donc pas les mêmes entre une personne saine et une autre atteinte par le cancer. Cette méthode serait révolutionnaire et surtout express puisque le résultat serait obtenu plus rapidement, elle permettrait également de distinguer d’autres maladies respiratoires.

Détecter le cancer du poumon avec les COV

L’étude proposée à l’ASCO comporte de nombreux avantages puisque le cancer du poumon pourrait être identifié de manière précoce grâce à une technique facile, rapide et peu coûteuse. Ce test de l’haleine serait ainsi plus efficace que celui actuellement proposé aux patients qui ne permet de réduire le taux de mortalité que de 20 %. Lors de ce dépistage classique, il est nécessaire d’identifier les nodules sains et cette pratique s’avère être très complexe. Lors de l’ASCO, d’autres maladies ont été évoquées et les chercheurs ont souhaité souligner que des progrès dans la cancérologie étaient réalisés notamment en ce qui concerne le cancer de la prostate, car les premiers essais cliniques d’une thérapie hormonale sont encourageants.

Des progrès pour le cancer du sein

Lors de cet évènement où 30 000 chercheurs se rencontrent, le cancer du sein a également été évoqué. Les femmes en âge de procréer pourraient ainsi garder leur fertilité grâce à un médicament baptisé Goséréline. Grâce à ce dernier, les scientifiques estiment que les patientes âgées de moins de 50 ans pourraient garder leur capacité à enfanter en ne subissant pas cette ménopause précoce. Avec ce médicament, le nombre de grossesses serait deux fois plus important.

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Médecine

L’incontinence urinaire touche plus de 2,6 millions de femmes de plus de 65 ans

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les fuites urinaires. Cette inégalité s’explique …

Réagissez !