Accueil / Actualités / Cancer : il existe désormais une alternative aux perruques

Cancer : il existe désormais une alternative aux perruques

Les traitements anti-cancers peuvent avoir des conséquences sur la féminité, comme la perte des cheveux. C’est un moment très difficile à accepter pour de nombreuses patientes atteintes de cette maladie. Une jeune Niçoise de 29 ans a eu l’idée de commercialiser son invention si elle arrive à réunir les fonds pour mettre en place son projet. Un joli turban coloré joliment noué sur la tête agrémenté de mèches de cheveux. Face au succès, elle voudrait en faire profiter à toutes les femmes qui sont dans son cas (atteinte d’un cancer du sein au stade 3). Aujourd’hui, en rémission, seul l’argent lui manque pour fabriquer les franjynes, une alternative aux perruques.

Cancer

Malheureusement, le cancer ne cesse de gagner du terrain

Le cancer provoque de nombreux décès, plusieurs dizaines de millions de personnes. En France chaque année, plus de 42.000 femmes découvrent qu’elles sont victimes d’un cancer du sein, 4500 d’un cancer de l’ovaire, 3400 d’un cancer de l’utérus. Celui qui touche le poumon est devenu la première cause de mortalité par cancer chez la femme. Avec le développement de la recherche, l’existence de la chimiothérapie, des greffes, des nouveaux médicaments, on peut prévenir, guérir du cancer s’il est diagnostiqué à temps. Les causes sont encore inconnues, certaines sont dues à des virus, des pesticides, des goudrons, un contact prolongé avec les rayons X, des facteurs psychologiques peuvent avoir un rôle important dans le développement de la maladie.

Quelques cheveux avec un ruban pour remplacer les perruques

Lorsque le diagnostic tombe, on pense souvent que l’issue sera fatale, pourtant, les cancers se soignent de mieux en mieux. Cette jeune Niçoise a lancé un blog à destination des femmes qui connaissent le cancer Feminity&JY. Il y a des astuces beauté, des conseils afin de donner aux femmes un peu de bonheur. Son turban décliné en six coloris sera disponible avec une gamme spécialement dédiée aux petites filles : les franjynettes. Alors qu’elle s’est vu refuser un prêt bancaire, elle lance une campagne de financement participatif afin de mettre en place son projet. En attendant sa commercialisation en ligne, on peut soutenir cette jeune femme de 29 ans. Une idée qui permet aux femmes de garder leur féminité, de conserver la routine du matin, la mise en beauté. Se sentir belle lorsque l’on est malade, c’est déjà un premier pas vers la guérison.

Cancer, Pixabay – PDPics

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Se raser le maillot

La très en vogue épilation génitale n’est pas dénuée de tous dangers

Un récent sondage révélait que 20% des Françaises avaient adopté l’épilation intégrale. La chasse aux poils pubiens …

Réagissez !