Accueil / Actualités / Etats-Unis : la FDA étend l’emploi d’une seringue anti-hémorragies révolutionnaire

Etats-Unis : la FDA étend l’emploi d’une seringue anti-hémorragies révolutionnaire

Jusqu’ici exclusivement réservé aux forces armées américaines, l’usage ultra-novateur d’une seringue anti-hémorragies vient d’obtenir le feu vert de la FDA (Food and Drug Administration) pour son utilisation sur les populations civiles, loin des zones de conflits.  Elle fonctionne par le biais de mini-éponges absorbantes qui remplacent plus efficacement le garrot impossible à certains endroits. Le nom de cette seringue est XSTAT 30. C’est la société américaine Revolutionary Medical Technologies (RevMed) qui en est l’instigatrice.

L’extension d’un usage militaire à un usage civil de la seringue XSTAT 30

XSTAT est d’une efficacité ingénieuse. En l’espace de seulement 20 petites secondes, une hémorragie peut être stoppéeCette parade, ayant fait ses preuves dans l’armée (ce depuis 2014) est donc désormais, depuis le 11 décembre 2015, autorisée au vu de ses vertus sans dangers, à tous les citoyens américains, surtout si l’écoulement sanguin a des proportions énormes. Le mode d’emploi de ce nouveau dispositif  se résume ainsi : la seringue contient des petites éponges cellulosiques qui, une fois injectées, gonflent systématiquement au contact du sang, permettant de réduire, de la façon la plus optimale qui soit, les plaies béantes et de se dresser en barrage face à une effusion de sang coulant abondamment (sauf au niveau du thorax, de la clavicule et de l’abdomen). Cette haute capacité de contenance des éponges tient à leur composition : elles sont à base de cellulose et d’un revêtement de chitosane (composant synthétique à la fois bactéricide et hémostatique).

Comment fonctionne cette seringue révolutionnaire anti-hémorragies ?

Dans une seule seringue XSTAT, on dénombre pas moins de 92 éponges, ce qui octroie la capacité d’absorber jusqu’à un demi-litre de sang. Il convient de spécifier que le nombre de seringues pouvant être administrées à un seul patient est fixé à trois au maximum. La solution est surtout de premier secours, avec un fort potentiel (jusqu’à quatre heures au grand maximum) d’endiguement pouvant se révéler salvateur avant une prise en charge de la personne blessée pour être conduite en milieu hospitalier. Le procédé XSTAT est donc désormais autorisé, mais limité en cas d’accident grave seulement, chez les patients présentant un haut risque immédiat de choc hémorragique sévère (chute rapide de l’alimentation des cellules en oxygène) amplifié par l’éloignement d’un centre de soins. Notons que ces éponges sont à usage unique : une croix bleue opaque aux rayons X a été apposée sur chaque éponge afin d’éviter les oublis accidentels dans le corps du patient.

Seringue, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Bourdon

Les bourdons directement menacés d’extinction par un pesticide néonicotinoïde aux propriétés neurotoxiques

Si le déclin indéniable des insectes pollinisateurs est amorcé, ce sont les bourdons qui suscitent …

Réagissez !