Accueil / Actualités / Royaume-Uni : l’instinct d’un bébé de 5 mois, refusant la tétée du sein droit, est salvateur pour sa maman

Royaume-Uni : l’instinct d’un bébé de 5 mois, refusant la tétée du sein droit, est salvateur pour sa maman

Sarah Boyle, une jeune Britannique de 26 ans, assure dans le tabloïd anglais The Daily Mail, qui a eu l’exclusivité de son interview, que son bébé, par un refus systématique d’accepter un allaitement en lui tétant le sein droit, lui a sauvé la vie. Soucieuse du comportement suspicieux mais véritablement des plus perspicaces de Teddy, elle a consulté son médecin. Des examens, étant plus poussés (scanner et biopsie), ont abouti au diagnostic inquiétant, mais heureusement pris à temps, d’un cancer du sein, grâce à son bébé, dont l’âge était de 5 mois. L’allaitement maternel est ainsi un outil de dépistage inédit.

Allaitement

L’instinct maternel, bénéfique pour les deux parties (la mère et son enfant), est le motif, selon Sarah, qui aurait permis à Teddy d’être orienté, via l’allaitement, sur la piste d’un cancer du sein

Dès sa naissance, le jeune Teddy a bénéficié des bienfaits pléthoriques d’un allaitement maternel, qui passe par le sein, en s’en délectant, via des tétées, dont la fréquence quotidienne était soumise à sa gourmandise. A partir de l’âge pivot de 5 mois, le nourrisson, sans le moindre signe annonciateur, a donc soudainement développé un véritable changement de comportement. Persistant à à téter le sein gauche de sa mère, il refusait, en revanche, de se prêter au jeu de la succion nutritive avec le sein droit. Sa maman décèle un goût différent entre le lait en provenance du sein gauche et du sein droit. S’y ajoutent des colères, attestant d’une réticence totale, si l’on force Teddy a puiser de l’énergie, au sein droit. Sa maman décide, après trois mois, très difficiles à gérer, à consulter son médecin coutumier, qui l’oriente vers des spécialistes. Ces derniers émettent un diagnostic-couperet : une tumeur cancéreuse est présente dans le sein droit de Sarah boudé par son Teddy, preuve que l’allaitement induit un lien étroit entre la maman et son bébé.

S’en remettant désormais aux spécialistes, Sarah est actuellement sous chimiothérapie et se prépare à une double mastectomie : l’allaitement maternel passe le relais au biberon pour Teddy

Après avoir été quelque peu sonnée psychologiquement, mais pas totalement mise KO, par l’âpre diagnostic, Sarah a décidé de se battre, pour vaincre la maladie. Elle subit actuellement la contrainte d’une chimiothérapie corsée. « C’était triste de perdre mes cheveux mais je suis à l’aise chauve face à mes proches. » Elle souhaite ardemment que d’autres femmes seront attentives aux signes pouvant désormais provenir d’un allaitement au sein rejeté catégoriquement par leur nourrisson. Le souhait d’un diagnostic précoce émane également de sa personne, véritable message à la double vocation affichée : l’espoir mais également la prise de conscience. Nous voyons que la maman est pleine de volonté à en lever toute une armée : elle se prépare, de plus, pour une double mastectomie (ablation, pour le moins traumatisante, des deux seins). Tout allaitement lui est interdit même si ce dernier lui a certainement sauvé la vie, mais nous devons demeurer prudents, que ce soit une rémission, ou mieux encore une guérison, d’un pareil coup dur du sort.

Allaitement, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Squelette

Ostéoporose : sous-diagnostiquée, celle maladie est dangereuse

En Europe, l’ostéoporose touche près de 21 millions de femmes de plus de 50 ans …

Réagissez !