Accueil / High-Tech / Femme de l’Âge de bronze : son anatomie révèle ses 2400 km de vie

Femme de l’Âge de bronze : son anatomie révèle ses 2400 km de vie

La femme de l’Âge de bronze a délivré des secrets à travers son anatomie alors que sa tombe a été découverte en 1921 et propose 2400 km de vie.

Photo d'illustration d'un squelette
Photo d’illustration d’un squelette / Crédit Photo – Pixaby – LouAnna

Les squelettes ont encore des éléments à transmettre et même si après 3400 ans, les tissus et les muscles de cette femme de l’Âge de bronze ont disparu, il reste des informations à enregistrer. Très peu de personnes le savent, mais l’anatomie est en mesure de raconter une histoire sur la vie de la personne et ce fut le cas pour cette fille d’Egtved qui a la particularité d’être vieille de 3400 années. L’expertise a tout de même été complexe, car elle repose sur une technologie avancée qui n’existait pas il y a quelques décennies.

L’anatomie de la fille d’Egtved révèle son parcours

En effet, elle n’a pas disposé d’une sépulture similaire à celle que l’on peut connaitre aujourd’hui. Un tronc d’arbre était son cercueil et elle était enveloppée dans une peau de bœuf. Par conséquent, lorsque cette femme de l’Âge de bronze a été découverte, son squelette n’était plus à l’ordre du jour. Il faut noter que dans de telles conditions, il était assez difficile d’imager que des restes traverseraient les siècles. Les chercheurs ont tout de même eu la possibilité de rassembler des vêtements, des dents ainsi que des ongles et même des cheveux. Malgré cette sépulture de fortune, la conservation était surprenante et cela a donc permis à une expertise d’avoir lieu.

Une femme de l’Âge de bronze n’était pas originaire d’Egtved

Cette étude publiée dans un document PDF sur la revue renommée baptisée Nature montre que son anatomie révèle qu’elle a parcouru 2400 km en un peu plus d’un an et son décès est survenu à 800 km de sa ville natale. Lorsqu’elle est décédée, elle n’était pas majeure puisqu’elle est morte à l’âge de 17 ans. Son corps se trouvait au Danemark à Egtved d’où le nom de la fille d’Egtved. Ces découvertes sont assez incroyables et elles sont permises grâce à la biomoléculaire, la biochimie et la géochimie. Par conséquent, il est possible de cartographier le parcours d’un individu avec cette méthode et cela reste fascinant.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Terre

La Terre est en danger, va t-elle encore pouvoir nous héberger longtemps dans de bonnes conditions ?

Le réchauffement climatique est de plus en plus d’actualité. On assiste à des bouleversements très …

Réagissez !