Accueil / Insolite / Des chercheurs français ont étudié la santé du capitaine Haddock

Des chercheurs français ont étudié la santé du capitaine Haddock

Qui n’a pas un jour feuilleté les aventures de Tintin, Milou, d’Haddock ? Après avoir passé la santé du héros Tintin en revue en 2015, les scientifiques se sont penchés sur celle du capitaine. Pour mettre en avant les petits problèmes des deux protagonistes, ils ont relu les 15 bandes dessinées où ils évoluaient tous les deux, 249 « pépins » de santé pour le loup des mers contre 244 pour le reporter. Les traumatismes restent plus importants pour Tintin, ce qui l’amène parfois à perdre connaissance lors d’enquêtes mouvementées.

Tintin

Tintin a également une santé problématique

Le capitaine Haddock souffre d’un sérieux problème de santé récurent, l’alcoolisme, un autre souci tout aussi dévastateur, le tabac, cela lui occasionne d’ailleurs de nombreux soucis plus ou moins graves, brûlures au doigt, à la barbe qui prend feu quand il ne maîtrise pas les allumettes. Le capitaine rencontre également quelques inconvénients dus aux voyages : piqûres de moustiques, troubles liés au décalage horaire, parfois des crises d’angoisse le hantent, mais ces problèmes psychologiques sont moins présents que chez son ami Tintin dont les nuits sont peuplées de cauchemars.

L’auteur de Tintin s’est inspiré de la réalité

Toutes ces observations peuvent paraître sans intérêt, même susciter le sourire tant elles semblent burlesques alors qu’en fait, c’est tout le contraire. L’étude démontre que l’auteur des aventures de Tintin avait une vraie démarche scientifique, toutes les descriptions faites sur l’état de santé des protagonistes tout au long des aventures se révèlent être scrupuleusement fidèles à la réalité. Sur 23 aventures de Tintin, le capitaine Haddock n’apparaît que dans 15 albums, nos deux héros se sont rencontrés la 1ère fois dans « le crabe aux pinces d’or ».

Haddock a pu sortir de son addiction grâce à Tintin

Malgré tous ces petits pépins de santé, le capitaine Haddock a la tête dure. L’ivresse du capitaine est passée de 58,3% lors du tout premier numéro à 10% vers la fin des aventures. Au contact de Tintin, les choses se sont arrangées pour le capitaine, une morale qui peut sans doute s’appliquer à tout à chacun, bien accompagné, il suffit parfois d’un petit rien pour changer de comportement.

Tintin, Pixabay – Alan

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

L’haleine d’un patient est essentielle pour diagnostiquer les maladies

Cela fait déjà plusieurs années que les scientifiques savent qu’il est tout à fait possible …

Réagissez !