Selon les derniers sondages sortis à la fin du semestre 2018, un grand nombre de Français n’a toujours pas accès à un médecin généraliste. Qualifiées comme des déserts médicaux, les communes marquées par cette absence sont anormalement nombreuses. Le terme de « zones sous-denses » revient également au-devant de la scène pour nommer les déserts médicaux.

La triste réalité d’un accès limité aux soins

« Tous les Français doivent bénéficier d’un accès à des soins de santé de qualité. Pourtant la fracture médicale dans les territoires est une réalité. L’aide envisagée pour les médecins qui s’installeront dans ces zones essentiellement rurales, ou la simplification administrative y participeront. Mais il faudra aussi s’appuyer sur l’ensemble du réseau médico-social et faire émerger les services numériques comme la consultation à distance pour améliorer cette situation » explique Bernard Bensaid, du groupe doctocare. Un discours encourageant surtout lorsque l’on sait que, selon certaines sources, 8% des Français vivent dans un désert médical. Un nombre relativement conséquent de personnes n’ayant pas la possibilité de se soigner convenablement.

Le manque de médecins et de ressources oblige bien souvent les citoyens à se rendre dans de grandes villes pour se soigner. Cependant, tous n’ont pas la mobilité nécessaire pour se déplacer librement. En 2018, nous comptions en France pas loin de 8 000 médecins en moins. Une réalité alarmante pour tous.

Et le gouvernement dans tout cela ?

Le gouvernement lutte cependant contre les déserts médicaux, afin de proposer aux Français un accès aux soins. Des mesures sont mises en place, bien qu’elles soient encore insuffisantes pour faire augmenter le nombre de professionnels de la santé. Pour les jeunes, par exemple, le gouvernement propose une bourse en contrepartie d’un engagement d’installation dans une zone sous-dense. Parmi les autres aides, nous avons celles permettant de combler les charges du cabinet en cas d’arrêt provisoire de l’activité. Enfin, le nombre de maisons de santé devrait également continuer à augmenter durant ces prochaines années.

Malheureusement, ces dernières sont encore insuffisantes et ne permettent pas de proposer des soins à tout le monde. Il subsiste encore beaucoup de déserts médicaux qu’il devient de plus en plus compliqué à combler. C’est la raison pour laquelle des groupes, comme doctocare, s’engagent à relever le défi des déserts médicaux. Avec leur qualité organisationnelle et leur intérêt pour les Français ils auront tout à leur disposition pour lutter contre ces zones.

L’accès aux soins ne doit pas être limité ! Il est important de lutter pour que chacun puisse se soigner de manière égale.