La dépendance

Témoignage : la dépendance dure-t-elle toute la vie ?

Je suis maintenant à 11 ans de mon combat contre la dépendance aux opiacés, et j’ai toujours été fasciné par deux questions connexes : existe-t-il vraiment une « personnalité addictive » et les gens se substituent-ils aux dépendances ?

Le mythe de la personnalité addictive

L’écrivain et personnalité de la télévision Anthony Bourdain, récemment décédé, a été critiqué par certains pour sa consommation récréative d’alcool et de cannabis, de manière apparemment très contrôlée et responsable, des décennies après avoir arrêté l’héroïne et la cocaïne. Cette critique était-elle justifiée ? Une personne qui a été dépendante aux drogues ou à l’alcool dans son adolescence peut-elle, en toute sécurité, prendre un verre de vin avec son dîner à l’âge moyen ?

Cela dépend du modèle de dépendance et de rétablissement auquel vous souscrivez. Si vous êtes un traditionaliste qui croit que les dépendances durent toute la vie, que les gens se substituent facilement aux dépendances et que les gens ont des « personnalités addictives » bien ancrées, la réponse est : absolument pas. Ce serait jouer avec le feu.

Au cours de mes 90 jours de réadaptation, j’ai été fortement impressionné par le fait que les dépendances sont régulièrement remplacées et que si l’on est dépendant d’une substance, l’abstinence à vie de toute substance potentiellement addictive est le seul espoir de salut. Cela semblait logique, car une personne aurait les mêmes prédispositions à vie à une dépendance : la constitution génétique, les traumatismes de l’enfance, les diagnostics d’anxiété ou de dépression – tous ces éléments pourraient vraisemblablement la pousser à devenir dépendante, par exemple, de l’alcool, du jeu video ou des jeux d’argents, une fois qu’elle aura fait le gros du travail pour maîtriser sa dépendance à l’héroïne. 

En termes médicaux, la préoccupation est que différentes dépendances peuvent avoir une voie finale commune dans le système de dopamine mésolimbique (le système de récompense de notre cerveau), il est donc logique que le corps puisse essayer de trouver une deuxième voie pour satisfaire ces neurotransmetteurs affamés si la première est bloquée. Jouer sur des casinos en ligne, au blackjack, à des jeux à gratté ou a la machine en sous en buvant quelques verres permet de stimuler et d’exciter vos cellules qui vont libérer de la dopamine. Ces molécules vont se fixer sur vos capteurs neuronaux et vous donner une impression de bien être. 

Il en va de même pour les autres drogues qui vont avec des molécules de substitution a la dopamine vous donnez la même impression, sans effort.Les tentations sont nombreuses aujourd’hui, les drogues facilement accessibles se multiplient mais aussi d’autres produits très addictifs comme le sucre, les jeux videos et les jeux d’argent. Jeux qui pullulent en ligne comme vous pouvez le constater sur critiquejeu.com . De plus, ces casinos proposent un marketing volontairement très attractifs, des bonus à l’inscription et au dépôt pour motiver le passage a l’acte.  Un risque sanitaire et un danger supplémentaire donc pour ces hommes et femmes qui après un parcours difficile essaye de lutter contre leurs addictions.

J’en suis venu à croire qu’un modèle d’abstinence seule et dur,  sans compromis est un vestige des tout débuts du mouvement de guérison, il y a près de 100 ans, et notre compréhension a beaucoup évolué depuis lors. Les concepts de dépendance et de rétablissement qui avaient un sens en 1935, lorsque les Alcooliques Anonymes ont été fondés, et qui ont été perpétués par la tradition, ne sont peut-être plus valables à l’ère moderne de la neurochimie et des IRM fonctionnelles. Cela dit, les groupes d’entraide d’aujourd’hui ont une place dans le rétablissement de certaines personnes et ils peuvent encourager le travail de changement et de maintien du changement.

Beaucoup soutiennent qu’une dépendance peut être à une substance ou à un processus : jeu d’argents, alimentation, jeu vidéo, utilisation d’Internet, sexe, travail, religion, exercice ou dépenses compulsives. Beaucoup de gens prennent du poids lorsqu’ils arrêtent de fumer. Est-ce un cas de substitution d’une dépendance ? J’aime à plaisanter sur le fait que, d’après mes observations, le seul résultat fiable d’un séjour en désintoxication est une dépendance à la nicotine, parce que beaucoup de gens, pour tenter de faire face au traumatisme et à la dislocation qu’entraîne le fait d’être envoyé en désintoxication, prennent des cigarettes.

Les gens grandissent et changent !

Personnellement, je suis sceptique quant au fait que de nombreuses personnes se substituent aux dépendances. Le jeune de 18 ans malheureux qui se débat n’est pas le quinquagénaire bien équilibré qui a surmonté nombre de ses problèmes ou qui a amélioré ses conditions de vie. Les gens ne sont pas statiques, ce qui nous rappelle qu’il ne faut jamais perdre espoir quand on a affaire à un proche toxicomane, même si les circonstances semblent désastreuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *