Accueil / Actualités / Une aide financière pour inviter les médecins à s’installer dans les déserts médicaux

Une aide financière pour inviter les médecins à s’installer dans les déserts médicaux

Pourquoi les médecins refusent-ils de venir s’installer dans certaines régions ? Ils auraient pourtant de nombreux patients, car certains font des kilomètres pour trouver un professionnel de santé. Faut-il toujours parler d’argent, la santé n’est-elle pas la première des préoccupations ?

Médecin

Des zones rurales rythmées par le manque de médecins

La proposition sur la démographie médicale sera présentée aujourd’hui à l’assemblée par l’union nationale des caisses d’assurance maladie (UNCAM), une solution sera peut-être trouvée. Certaines communes ont même eu recours au site Le Bon coin pour recruter un médecin. Le désert médical concerne plus particulièrement les zones rurales,  mais il est également présent en Ile de France, dans le Val d’Oise où l’on recense 250 médecins pour 100.000 habitants.

L’assurance maladie se dit prête à aider financièrement les médecins désireux de s’installer dans ces régions où la santé des citoyens est fragilisée due au manque de professionnels de santé. Cette situation faite malheureusement que progresser, pourtant différentes aides se sont succédé ces dernières années sans qu’aucune ne puisse motivée les médecins. Ce nouvel effort financier trouvera peut être preneur, un chèque de 50.000 euros sera alloué aux médecins, la moitié au démarrage de l’installation et le reste de la somme durant l’année suivante.

50 000 euros dédiés aux médecins engagés

Le médecin devra en contrepartie bien sûr s’engager par contrat à exercer trois années dans sa nouvelle région sous peine de rembourser une partie de la somme allouée, il aura également la possibilité d’augmenter ses revenus en réalisant des vacations dans les hôpitaux aux alentours qui eux aussi manquent cruellement de personnel soignant. Il est très important d’inverser la tendance, car actuellement certaines communes sont de vrais déserts médicaux.

Une répartition inégale des médecins en France

L’ UNCAM veut aussi favoriser l’ esprit de  « compagnonnage », ce qui implique que les médecins en zone désertique qui arriveront en fin de carrière toucheront une majoration de 10% de leurs honoraires s’ils trouvent un associé lui-même âgé de moins de 50 ans pour exercer dans son cabinet et si le médecin accepte de prendre des stagiaires, une aide financière de 300 euros lui sera alloué mensuellement. La France forme assez de médecins, mais la répartition est inégale.

Les deux régions où il manque le plus de médecins sont la Picardie et le Centre, plus de 2,5 millions de personnes sont directement liées à ce phénomène grandissant, le désert médical selon Le Parisien.

Médecin, Pixabay – valelopardo

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Se laver les dents

Dents de lait des enfants : des informations capitales pour lutter contre le cancer

Lorsque les enfants perdent leur dent de lait, certains parents après le passage de la …

Un seul commentaire

  1. 1/3 des nouveaux médecins sont du « genre féminin » (on ne dit plus « sexe ») et travaillent volontiers en temps partiel, voire s’arrêtent carrément de travailler si elles trouvent une âme sœur favorisée par la fortune et qui accepte de les entretenir. L’appât du gain ou le désir de monter dans la hiérarchie est moins violent chez les consœurs que chez les confrères. Pourquoi ? Même Dieu ne le sait pas … c’est ainsi. De ce fait bien connu, le numerus clausus ne tient pas compte … or la profession médicale se féminise à grande vitesse (comme celle de l’éducation). D’autre part, certaines villes ou banlieues sont assez rébarbatives, voire dangereuses, et la sainteté n’est plus du tout à l’ordre du jour ! Primum vivere, deinde philosophari ! Une solution serait de fonctionnariser réellement les médecins en leur payant leurs études après « le » concours et de leur enjoindre de s’installer là où il y a des besoins, comme l’Etat le fait avec les profs. De toutes façons, même s’ils le nient en se rengorgeant derrière le concept bidon de « profession libérale », les médecins sont déjà des fonctionnaires de la sécurité sociale. Il suffit de changer les mots … Mais cela touche à leur « honneur » n’est-ce pas !

Réagissez !