Accueil / Actualités / Allemagne : deux types de barres chocolatées Kinder suscitent crainte et suspicion d’être cancérogènes

Allemagne : deux types de barres chocolatées Kinder suscitent crainte et suspicion d’être cancérogènes

Fondée en 2002 en Allemagne, par l’ancien directeur international de Greenpeace, Thilo Bode, l’organisation Foodwatch, veillant sur la santé du consommateur grâce à une clarté meilleure afin de guider ce dernier dans ses choix alimentaires, existe depuis 2013 au sein de l’Hexagone. L’une de ses actualités les plus récentes, est qu’en Allemagne, l’alerte a été donnée vis-à-vis de substances cancérogènes présentes dans deux produits d’une marque connue de tous : Kinder ! Cette dernière se voit dos au mur pour rectifier le tir sanitaire.

Du chocolat

Foodwatch épingle Kinder Chocolat et Kinder Maxi pour un taux trop élevé pour ne pas être dangereux de MOH dont ils peuvent être porteurs

Foodwatch, et le cas échéant sa filiale allemande, est une organisation politique qui défend les droits du consommateur. Elle se décrit clairement ainsi concernant ses desseins : « Nous voulons que, dans un marché transparent, le consommateur puisse librement décider de ce qu’il mange, en toute connaissance de cause et sans risque. » Hors un facteur de risque vient d’être décelé dans les étals de nos voisins d’outre-Rhin et Foodwatch n’a pas manqué le pas pour le blâmer sévèrement : il s’agit, afin d’être plus précis, de la présence d’hydrocarbures d’huiles minérales (Mineral oil hydrocarbons ou MOH) rentrant dangereusement dans un emballage décrié des barres chocolatées Kinder Chocolat et Kinder Maxi, au succès qui est pérenne et international.

Foodwatch Allemagne déconseille, mesure de précaution des plus saines mais fortement appuyée, l’achat et la consommation de ces produits stars, dont sont accrocs essentiellement les enfants. L’entreprise agroalimentaire Ferrero, qui produit, tout autant qu’elle commercialise, les dérivés de Kinder dans le monde, s’est exprimée de façon laconique, dans un communiqué, indiquant que ce problème pourrait se poser en France.

Emballages et huilage des machines destinées à la confection des chocolats Kinder sont les vrais ennemis d’une bonne hygiène alimentaire

Car ce sont en effet les emballages qui posent un problème auquel il faut se confronter. La substance chimique dénoncée par Foodwatch, les MOH, est utilisée par globalement toute l’industrie agroalimentaire, pour la conception et l’entretien des machines des chaînes, qui sont toujours à lubrifier pour une production optimisée. Si danger attesté il y a, comment est-il possible de le jauger pour mieux le juger ? Foodwatch en appelle à un avis émanant d’une autorité compétente et référente, l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA). Si l’on remonte à 2012, elle spécifie que  les MOH sont potentiellement (double couperet qui tombe) « cancérogène et mutagène ».

Les MOH se répartissent sournoisement en plusieurs catégories : les hydrocarbures « aromatiques » quand elles peuvent malheureusement agir comme des cancérogènes qualifiés de génotoxiques (ils peuvent altérer l’ADN, le matériel génétique des cellules, et aussi servir de détonateur potentiel pour déclencher un cancer), et aussi les hydrocarbures « saturés » qui peuvent s’incruster dans les tissus humains, ainsi que provoquer des effets pour le moins indésirables pour le foie qui est un organe digestif au rôle-clé.

Du chocolat, Pixabay – aleksandra85foto

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Sexe

La définition délicate de la durée normale d’un rapport sexuel

Quelle est la durée normale d’un rapport sexuel ? Un rapport, qui en appelle à …

Réagissez !