Accueil / Actualités / Cancer de la prostate : l’opération n’améliore pas les chances de survie

Cancer de la prostate : l’opération n’améliore pas les chances de survie

La prostate est une glande du système reproducteur masculin qui fabrique le liquide séminal, l’un des composants du sperme avec les spermatozoïdes qui, eux, sont conçus par les testicules. Le dépistage du cancer est recommandé à partir de 50 ans pour les hommes qui ne présentent pas de risque. Ce cancer évolue lentement. Selon l’American Cancer Society, la plupart des hommes atteints de cette maladie n’en meurent pas, mais parfois cette pathologie peut être fatale.

Opération

L’opération de la prostate augmente-t-elle les chances de survie ?

Les chercheurs de l’université d’Oxford au Royaume-Uni ont mené des essais cliniques sur plus de 1643 patients âgés de 50 à 69 ans afin de vérifier si les traitements mis en place contre le cancer de la prostate s’avéraient être efficaces. Les résultats de l’enquête ont été publiés dans la revue médicale New England Journal of Medicine. Le  risque de décès 10 ans après le diagnostic est particulièrement faible, il n’existerait aucune différence entre tous les traitements : la radiothérapie, la chimiothérapie ou la surveillance de la maladie. Tous ces soins donneraient quasiment les mêmes résultats. Les volontaires qui ont été choisis pour les essais ont été recrutés complètement par hasard. Ils ont tous subi soit de la chimiothérapie, de la radiothérapie ou simplement une surveillance médicale.

Les conclusions démontrent qu’aucun de ces traitements n’a vraiment été plus efficace qu’un autre. Dix ans après le diagnostic, dix-sept patients sont décédés, huit dans le groupe de surveillance, quatre dans le groupe de radiothérapie, cinq parmi ceux qui ont subi une intervention chirurgicale.

Le cancer de la prostate est très fréquent chez les hommes

Particulièrement pour ceux qui ont des antécédents familiaux, ils ont plus de risque de développer cette maladie. La prostate est une glande du système reproducteur masculin de la grosseur d’une châtaigne, elle est située sous la vessie. Une consommation de graisses saturées, animales, le surpoids ainsi qu’un régime pauvre en fruits et légumes entraînent un risque accru de la maladie. Le cancer de la prostate devance chez l’homme celui du poumon.

Opération, Pixabay – marionbrun

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Médecin

Fibrose pulmonaire : soulager les patients ciblés par cette maladie incurable

Aujourd’hui débute la semaine mondiale contre la fibrose pulmonaire, une campagne de sensibilisation, d’information soutenue …

Réagissez !