LOADING

Type to search

Tags:

La chimiothérapie, un traitement possible contre la sclérose en plaques

1 année ago
Share

La sclérose en plaques est une maladie qui touche le système nerveux central, tout particulièrement le cerveau, la moelle épinière, les nerfs optiques. Les symptômes liés à la pathologie sont variables, troubles de la vision, des mouvements, décharges électriques dans tout le corps, engourdissements.

Hôpital

 

L’intérêt de la chimiothérapie contre la sclérose en plaques

Au bout de plusieurs années, la maladie laisse des séquelles qui peuvent devenir très vite invalidantes, la mémoire, la parole peuvent également être touchées suivant l’évolution de la maladie. La sclérose en plaques a été décrite pour la toute première fois par le neurologue français Jean Martin Charcot en 1868.

Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’hôpital ainsi que de l’université d’Ottawa au Canada a mené un essai clinique en combinant la chimiothérapie, le traitement par cellules souches sanguines sur des patients au stade précoce de la maladie. Plus de 24 personnes ont été suivies durant une période maximum de 13 ans, au cours de l’expérience, aucun malade n’a pris de traitements médicamenteux, plus de 70% des patients ont constaté que la progression de la maladie avait cessé complètement. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue The Lancet.

Un procédé intéressant, mais risqué

Les scientifiques estiment que les résultats obtenus sont très encourageants contre la lutte de la sclérose en plaques, mais la prudence est de mise, le protocole engendre de nombreux risques. Durant l’essai clinique, un patient est décédé des suites des complications liées à la chimiothérapie, 8 malades ont vu une telle amélioration que plusieurs années après le traitement, leur handicap s’était considérablement amélioré. Ces tests sont très prometteurs, mais il faudra encore mettre au point d’autres études afin d’affiner l’expérience.

La sclérose en plaques touche environ plus de 100.000 personnes en France

400.000 sont identifiés en Europe, plus de 2,3 millions à travers le monde. L’âge du début de la maladie se situe entre 25 et 45 ans. Aujourd’hui dans notre pays, 4000 à 6000 nouveaux cas sont diagnostiqués, parmi ces personnes 3 sur 4 sont des femmes. La sclérose en plaques est une maladie auto-immune, car le système immunitaire du patient se dérègle.

Hôpital, Pixabay – PublicDomainArchive

1 Comments

  1. tibri 15 juin 2016

    es centaines de personnes de tout pays vont déjà pratiquer cette chimio+AHSCT dans plusieurs cliniques dans le monde (à leurs frais ce qui est une honte) sans qu’il n’y ai eu le moindre décès. Il faut faire peur pour éviter aux laboratoires de devoir faire une croix sur les revenus faramineux de médicaments pour modifier le cours de la maladie (Disease Modifying Drug) mais au prix de terribles effets secondaires; mais comme ce sont des traitements à vie (les plus intéressant pour l’industrie pharmaceutique) c’est une rente assurée alors qu’après la chimio+AHSCT plus besoin d’aucun traitement et la progression de la maladie est stoppée ce qui est déjà énorme voir + pour certains qui récupèrent de la motricité… mais ça ça dépend des cas et ce quelque soit le stade ou la forme de la maladie contrairement à ce qu’ils essaient de faire croire pour éviter l’hémorragie (ou tout du moins la contenir le plus longtemps possible) de patients vers ce traitement au détriment de leur bénéfices.

    Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *