Une punaise de lit

CHU de Nantes : des punaises de lit s’invitent aux urgences

Le CHU de Nantes, plus précisément son service des urgences, a été la proie d’une grande frayeur imputable à l’introduction d’un parasite par une patiente : il s’agit des punaises de lit. L’hôpital a réagi heureusement rapidement en optant pour une éradication par fumigation pour éviter toute prolifération hors contrôle. Par mesure de prévention, un chapiteau permet de filtrer et trier les patients à l’entrée des urgences. Deux précautions valent mieux qu’une.

Des punaises de lit au sein même des urgences d’un hôpital, le CHU de Nantes, éradiquées par une fumigation réussie

Des punaises de lit, classées à à juste titre comme des parasites de l’homme (elles se nourrissent à 89% de sang humain), d’une très petite taille (3 à 6 millimètres seulement) et baptisées Cimex lectularius, ont découvertes au sein de deux box du service des urgences du CHU de Nantes très récemment, selon France Bleu. Elles auraient été, vraisemblablement, introduites dans le modèle d’hygiène et de sécurité que se doit d’être un hôpital par une patiente identifiée et porteuse de cet insecte à la prolifération fulgurante (une femelle peut pondre jusqu’à 200 œufs à la fois). Pour éviter le pire, ce sont des professionnels qui ont opté lors de leur intervention pour un traitement implacable des locaux par fumigation (une des méthodes les plus radicales) au sein de l’ensemble des box et sur les 21 lits qui compte un service voisin.

Il convient de rappeler, en effet, que les punaises de lit, hantise de nos nuits et à la piqûre indolore, élisent domicile, dans les chambres à coucher. Par ailleurs, pour en venir assurément à bout, les patients tout comme les agents sont invités à adopter le port de vêtements à usage unique. Le tout est d’agir très vite.

Un chapiteau éphémère pour une orientation appropriée des patients se présentant à l’entrée du service des urgences

Un chapiteau éphémère a été installé à l’entrée du service d’urgences pour permettre une orientation des patients se présentant dans les services les plus adéquats en se basant sur leurs différents symptômes. Ils peuvent tout autant être envoyés dans des services de médecine générale que renvoyés vers leur médecin traitant. Ce tri sélectif devrait durer 48 heures. La direction du CHU joue la carte véridique de la dédramatisation en nous rappelant ce que nous devons redouter avec justesse et sans exagération des punaises de lit. Ces dernières piquent les êtres humains au cours de la nuit, sur les parties découvertes des jambes, du dos et des bras.

Leurs piqûres, nous vous le rappelons encore une fois, sont le plus souvent indolores mais laissent des traces rouges sur le corps qui peuvent ressembler à des piqûres de moustiques. Ces boutons rouges qui démangent, plus ou moins intensément, peuvent être très nombreux, certaines personnes pouvant être piquées plus de 50 fois au cours d’une seule et même nuit. Ces insectes nuisibles connaissent un véritable boom démographique en France.

Les traitements à envisager contre les punaises de lit

Elles sont minuscules, mais elles peuvent être à l’origine de nombreux dégâts, d’où l’intérêt d’être très vigilant et de faire appel au plus vite aux services compétents. Ces derniers utilisent des produits que vous ne pouvez pas trouver dans le commerce, ils ont fait leurs preuves et vous êtes certain que la suppression sera beaucoup plus efficace. De ce fait, évitez de tester toutes les astuces dénichées sur les plateformes ou les sites de grand-mère, la situation pourrait clairement s’aggraver. Pour en savoir plus, vous avez donc joindre un professionnel expérimenté dans la lutte contre les punaises.
  • Plusieurs étapes sont généralement nécessaires avant de se lancer dans la suppression puisqu’elles permettent de déterminer le meilleur traitement.
  • Vous devez donc repérer les punaises de lit, il suffit de se focaliser sur les crottes comme c’est le cas pour d’autres nuisibles (les rongeurs notamment).
  • Lorsque vous repérez quelques oeufs, vous êtes peut-être en présence d’un nid, mais il faut supprimer l’ensemble de la colonie.
  • Ces professionnels peuvent alors intervenir dans les maisons, les immeubles, les restaurants ainsi que les mairies et même les hôtels.
  • Bien sûr, leur présence est souvent nécessaire dans les appartements, les hôpitaux, les chambres d’hôtes…
Ils pourront alors opter pour la vapeur sèche, le froid, le canon à chaleur ou encore le traitement chimique. La détection canine est aussi possible puisque rappelons-le, les chiens ont un odorat beaucoup plus plus précis que le nôtre. La suppression de ces punaises de lit est complexe et souvent très longue. Les produits dans le commerce ne sont pas assez forts et seuls les experts ont l’art et la manière de vous en débarrasser.
Avec ce savoir-faire, vous pourriez peut-être retrouver la sérénité, mais évitez de perdre du temps avec des méthodes obsolètes qui ne porteront pas leurs fruits.
Une punaise de lit, Wikipédia – CDC/ Harvard University

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *