Accueil / Actualités / Etats-Unis : un remède contre la gueule de bois aurait été élaboré par deux étudiants ingénieux

Etats-Unis : un remède contre la gueule de bois aurait été élaboré par deux étudiants ingénieux

Après une soirée d’agapes, les lendemains déchantent. Nombreuses sont les recettes héritées de nos grand-mères et le recours à des médicaments, à visée antalgique, pour faire front commun contre des maux de tête, qui sont pour le moins insupportables. Nous étions dans l’attente, depuis une éternité, d’un remède miracle contre cette satanée gueule de bois et celui-ci aurait été enfin trouvé (ceci n’est aucunement de l’intox mais vraiment de la détoxication) par des étudiants de la prestigieuse université de Yale aux Etats-Unis. La potion magique pour irréductibles fêtards en somme !

Alcool

Le remède contre la gueule de bois concocté par un duo de choc de l’université de Yale, facile à utiliser, porte le nom définitif de Mentis

Le remède, évidemment sans alcool, est le fruit des recherches éthyliques de Margaret Morse, une étudiante en biologie moléculaire et cellulaire et Liam McClintock, un athlète de première division et consommateur sans modération de compléments alimentaires. Leur remède miracle porte le nom définitif de Mentis (son appellation d’origine était SunUp). Il peut être apparenté à de l’aspirine, de par son mode d’administration, qui est des plus simples et consiste en une poudre parfumée au citron, véritable cocktail bénéfique enrichi de vitamines, de minéraux et d’acides aminés. Il se dissout dans un banal verre d’eau et agit en amont (il est préconisé avant d’attaquer son premier verre) pour esquiver le « hangover » (étant un terme anglophone hérité du Québec pour traduire la gueule de bois).

Quelles sont les propriétés innovantes de Mentis pour une récupération rapide en agissant surtout sur le foie si hélas il trinque ?

Le produit n’en est pas encore au stade de la commercialisation mais il convient de souligner sa crédibilité scientifique pour être vendeur. Les deux étudiants souhaitent, en effet, veiller au très bon fonctionnement d’un organe aussi vital que le foie, pour qu’il puisse assimiler l’aldéhyde acétique toxique par une’augmentation des enzymes du foie avec pour but de diviser ce dernier pour le rendre moins corrosif. La totalité des ingrédients du Mentis ont chacun un rôle-clé interventionniste à jouer avec une visée régulatrice : les glutamines, que l’alcool tire vers le bas, pour les ré-hausser, avec l’objectif d’un impact moindre sur la qualité récupératrice du sommeil épargné. Les nutriments se révèlent aussi comme étant des alliés, petits mais costauds, aux vertus antitoxiques.

La campagne de crowfunding pour passer du cap de prototype à celui de la commercialisation a déjà dépassé ses objectifs initiaux

Les deux étudiants sont explicites sur le fait, pour parler en termes de marketing, que le public visé, si Mentis est amené à dépasser le stade d’une expérimentation concluante, est initialement estudiantin. Nous constatons un retour positif de la part des premiers tests sur un panel, reposant sur le volontariat de cobayes humains, de l’université de Yale. Une ambitieuse campagne de crowdfunding, ou dans la langue de Molière, qualifiée de financement participatif, est sur une pente étant pour le moins galvanisante : le montant de la moisson des dons ayant ainsi récoltés dépasse le cap désiré des 45 000 dollars (41 000 euros). Une estimation plausible de son prix, en cas de mise en vente sur un marché juteux, est estimé à 5 dollars soit quelques 4,60 euros la dose.

Alcool, Pixabay – markusspiske

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Alcool

Le binge-drinking bouleverse le cerveau, même au repos, des jeunes s’y adonnant

Une hyper-alcoolisation, qualifiée de binge-drinking (dans notre langue de Molière, nous disons aussi « biture express » …

Réagissez !